dimanche 28 octobre 2012

Au Toussaint les moûrts sonsst' al fièsse


Les moûrts

Chanson, air : Le Pendu.

                                                           1
Au Toussaint les moûrts sonsst´ al fièsse :
Les vivants vnont dsu pèstèler ;
Wit´ djoûs dvant ’l cémintière s’aprèsse
Èy’ on couminche à sarkèler.
On scur´ les cwès come pou ’ne ducasse,
On fét rlûre les grossès lètes d’oûr ;
Çu qu’èl vijin fét, on l’surpasse :      
C’est dinsi qu’on sondje à les moûrts.

                                                           2
In vèf avè toute ès famîye
Apoûrte ène vréye kèrtche dè baudèt :
C’est des courones pou ’s compagnîye
Qu’a s’indalé vlà près d’chî mwès.
Pa bouneûr pou ’l poûve ome qui chale,
Èl courone qui pèse èl pus foûrt
Ès deuzième feume èl poûrte à spale :
C’est dinsi qu’on sondje à les moûrts.

                                                           3
Èl sapin crèche dins ’l cémintière,
Nût èt djoû tant qu’ène anéye dur´ ;
Èl ronfeuy´s’èstind dsu les pières,
Qu’on aclape al fin conte in mur´.
Les potéyes dè blanches Sinte Catrine
Dèmeuront djusse twès djoûs dèwoûrs ;
On l’z èrpoûrte après dins ’l cûjine :
C’est dinsi qu’on sondje à les moûrts.

                                                            4
Les clokes dèl vile sounont les transes ;
C’est des grossès lârmes qui tchèyont
Dè tous les clokîs pou ’l souvnance
Des doûrmaus qu’èles nè rinvèyont.
Adon les souneûs fzont ’ne toûrnéye,
Pou briber ’ne dringuèye chake à toûr ;
Il ont ’ne prone au bout dèl djoûrnéye :
C’est dinsi qu’on sondje à les moûrts.

                                                           5
I d’a d’djà branmin d’èm famîye,
Branmin d’mes coumarâdes ètou,
Qui s’èrpoûsont là, bin trankîye,
Fî long stindus, dèskèrtchîs d’tout.
Quand d’vas les vîr, c’est nin pou brére,
Co mwinss pou les plinde dè leû soûrt ;
Djè l’zè cwès kite dè leûs miséres :
C’est dinsi qu’on sondje à les moûrts.


                                                  Georges Willame

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire