Ce samedi 17 novembre, à 19h30, le Cercle Royal Nouvelle Gavotte présentera au Waux-Hall Du timps què s’n’ome i vikoût, une pièce de Christian Derycke adaptée en aclot par Marcel Marchand et Raoul Degaucquier et mise en scène par Julie Marchand.
L’action se passe dans un vieux corps de ferme comme on peut en trouver un peu partout dans nos campagnes pour organiser un camp scout. Quatre copains de jeunesse ont décidé d’y organiser un camp de retrouvailles. Il faut dire que, trente ans plus tôt, ils ont vécu leur dernière expérience de mouvement de jeunesse dans cette antique bâtisse. Bien entendu, en trente années, le temps a passé, les vies ont changé. D’ailleurs, les quatre amis sont maintenant mariés et leurs tendres moitiés respectives voient toutes d’un mauvais œil ce retour aux sources d’une jeunesse dont elles étaient absentes. La comédie se construit autour de ces dix jours de camp. Chacun a amené femme et enfants. Les quiproquos s’enchaînent et, bien entendu, des gens qu’on n’attend pas forcément arrivent. Tous les souvenirs ne sont pas bons à ressortir. La vie a d’ailleurs changé davantage pour un des quatre compères puisque, entre-temps, il est devenu… une femme.
La pièce originale, jouée il y a tout juste un an à Mouscron par la Compagnie Marius Staquet, a connu un énorme succès dans la cité des Hurlus. Il n’y a dès lors aucune raison pour que cette adaptation en aclot ne fasse pas des ravages dans la cité des Aclots. En plus, c’est gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans. Une belle occasion de découvrir la langue de sa région.

Pierre LAGNEAUX                     (Extrait de Actu 24, Vers l'Avenir)
Entrée : 10 €.
067 21 92 01.