mardi 20 novembre 2012

Pourmènâde avè les fabulisses walons

Arthur Balle (1878-1954)
Il naît à Cerfontaine le 21 mars 1878. Il consacre une partie de son œuvre littéraire à défendre le parler de cette région.
Il collabore notamment à la Vie wallonne et est l’auteur d’un dictionnaire du patois de Cerfontaine.
Il publie diverses études accompagnées de vocabulaires : sur les sabotiers, les dentellières…



 En 1943 il publie Saquants fauves et deûs-trwès bièstrîyes ,
 recueil de 27 fables dont voici un extrait (page 78) :






 « Nous-ôtes, quand nos causons, c’èst mwints côps po n’rin dire
Ou bin pou atassi ‘n’ couyonâde a ‘n saki.
ill. Ben Genaux

Mais zias, ‘l pau qu’is s’ dijenèt, cè n’èst jamais pou rîre ;
A dès djèsses pus qu’a ‘n’ langue, c’èst leû môde dè s’fiyi. »

« Nous autres, quand nous parlons, c’est souvent pour ne rien dire
ou bien pour raconter une blague à quelqu’un.
Mais eux, le peu qu’ils se parlent, ce n’est jamais pour rire ; c’est leur vie de se fier plus à leurs gestes qu’à leur langue. »

 Une association Le Cercle Arthur Balle ou Acadèmîye des foyans créée en 1992 poursuit l’œuvre d’Arthur Balle en élaborant un dictionnaire français-wallon basé sur ses travaux. Merci au président du cercle, Monsieur Claude Delizée pour la traduction de l’extrait ci-dessus.

  
Ouvrage cité :
-Saquants fauves èt deûs-trwès bièstrîyes : dialecte de Cerfontaine ; illustrations
 de Ben Genaux.      
 Couillet : Maison d’éditions, 1943.
 Glossaire.
 Cote de rangement : 8-1=401

 
Autre ouvrage de l’auteur :
-Intrez vîr èm’ d’jârdin : aphorismes en dialecte de Cerfontaine.
 Couillet : Maison d’édition, 1928.
 Vocabulaire.
 Cote de rangement : 8-84=401


mercredi 14 novembre 2012

Théâtre wallon à Nivelles




Parmi ces acteurs, un changera de sexe pour les besoins de « Du timps què s’n’ome i vikoût ». Un indice, il porte déjà un joli chemisier rose.

NIVELLES - Trente ans plus tard, quatre anciens scouts se retrouvent…

La Royale Nouvelle Gavotte présente «Du timps què s’n’ome i vikoût».
Ce samedi 17 novembre, à 19h30, le Cercle Royal Nouvelle Gavotte présentera au Waux-Hall Du timps què s’n’ome i vikoût, une pièce de Christian Derycke adaptée en aclot par Marcel Marchand et Raoul Degaucquier et mise en scène par Julie Marchand.
L’action se passe dans un vieux corps de ferme comme on peut en trouver un peu partout dans nos campagnes pour organiser un camp scout. Quatre copains de jeunesse ont décidé d’y organiser un camp de retrouvailles. Il faut dire que, trente ans plus tôt, ils ont vécu leur dernière expérience de mouvement de jeunesse dans cette antique bâtisse. Bien entendu, en trente années, le temps a passé, les vies ont changé. D’ailleurs, les quatre amis sont maintenant mariés et leurs tendres moitiés respectives voient toutes d’un mauvais œil ce retour aux sources d’une jeunesse dont elles étaient absentes. La comédie se construit autour de ces dix jours de camp. Chacun a amené femme et enfants. Les quiproquos s’enchaînent et, bien entendu, des gens qu’on n’attend pas forcément arrivent. Tous les souvenirs ne sont pas bons à ressortir. La vie a d’ailleurs changé davantage pour un des quatre compères puisque, entre-temps, il est devenu… une femme.
La pièce originale, jouée il y a tout juste un an à Mouscron par la Compagnie Marius Staquet, a connu un énorme succès dans la cité des Hurlus. Il n’y a dès lors aucune raison pour que cette adaptation en aclot ne fasse pas des ravages dans la cité des Aclots. En plus, c’est gratuit pour les jeunes de moins de 18 ans. Une belle occasion de découvrir la langue de sa région.

Pierre LAGNEAUX                     (Extrait de Actu 24, Vers l'Avenir)
Entrée : 10 €.
067 21 92 01.        
                                                             



lundi 12 novembre 2012

Théâtre wallon

  • Source: Actu 24 


  • La troupe du cercle dramatique wallon de Braine-le-Château répète actuellement la comédie « Dins no p’tit cabarèt ». La première est prévue le 17 novembre.
    La troupe du cercle dramatique wallon de Braine-le-Château répète actuellement la comédie « Dins no p’tit cabarèt ». La première est prévue le 17 novembre.


    BRAINE-LE-CHÂTEAU/WAUTHIER-BRAINE - Le cercle dramatique wallon de Braine-le-Château répète«Dins no p’tit cabarèt».Il remontera sur les planches le 17 novembre.
    Les comédiens du cercle dramatique wallon de Braine-le-Château remonteront sur les planches de la nouvelle salle communale de la rue du Tubize du 17 au 24 novembre. Au programme, la comédie en trois actes de Christian Derycke Dins no p’tit cabarèt, dans une adaptation et une mise en scène de Marcel Beugnies.
    On y verra les comédiens Olivier Beeckman, Marie-Jeanne Dumont, Marie Beugnies, Willy Jadoul, Nelly Grimmelprez, Fabienne Louis, Louis Beugnies, Bryan Delbroeck et Annick Buelinck. Les représentations se donneront le samedi 17 à 19h30, le dimanche 18 à 16 h, le vendredi 23 à 19h30 et le samedi 24 à 19h30. Le prix par place en prévente est fixé à 7 € ou à l’entrée de la salle à 10 €.
    Le Cercle dramatique wallon de Braine-le-Château a été créé en 1977 par un groupe de jeunes Castellobrainois réunis à l’époque au sein de l’association culturelle Contact Info Jeunesse. Le but était de faire connaitre des œuvres d’auteurs wallons contées dans la langue de Braine-le-Château et de ses environs. La troupe, composée exclusivement de comédiens amateurs, rejoignit dès l’année suivante la Fédération royale wallonne culturelle du Brabant et de Bruxelles.
    En 1984, le cercle atteignit la catégorie excellence du Tournoi provincial du Brabant, puis s’attacha dès 1988 les compétences et les services du metteur en scène professionnel Jacques Barry. Une collaboration, assortie de divers trophées, qui se poursuivit jusqu’en 1999. Depuis cette époque, d’autres metteurs en scène se sont succédé.
    Quant à la comédie qui sera jouée cet automne par la troupe? Mickey et Jeanine tiennent un vieux bistrot. Tout y est vieillot, même la clientèle. La Commune souhaitant installer un nouveau parking à la place du bistrot, elle fait parvenir aux tenanciers et à des voisins un avis d’expropriation. Voilà la situation campée. La suite est à découvrir dès le 17 novembre sur les planches de la nouvelle salle communale. É. G.

    Pour toute information complémentaire taper l’adresse theatrewallon_blc@yahoo.fr ou former le 0497 885 854, http://users.skynet.be/theatrewallon_blc

    mardi 6 novembre 2012

    Pourmènâde avè les fabulisses walons : Willy Bal

    Willy Bal 

    Il est né le 11 août 1916 à Jamioulx.  Tôt attiré par les lettres, il se tourne vers la dialectologie. Il devient docteur en philosophie et lettres. Son œuvre comprend des récits en prose, de la poésie, des contes…
    photo de J. Germain

    Fauves dèl tâye-aus-Fréjes èt contes dou tiène-al-bîje : parler de Jamioulx
    contient l’extrait suivant (à la page 21) :

    « Èt insi lès tchôwes qu’astint si friquètes
     sont d’vènûwes dès vîyès tataches èt lès mèléses,
     si fiêrs dè leûs fouays, sont, chaque iviêr asteûre,
    dès vîs tchènus qui triyan’neut quand c’èst bîje. »

    « Et ainsi les corneilles qui étaient si coquettes
    sont devenues des vieilles bavardes et les mélèzes si fiers de leurs rameaux, sont, chaque hiver maintenant,
    des vieux chauves qui tremblent quand il y a de la bise »

    D’autre part il réfléchit sur la culture régionale et exige de la poésie wallonne des qualités qui lui permettent de se mesurer avec les grandes littératures du monde.
    La guerre et la captivité marquent profondément l’homme et l’œuvre.
    Membre de plusieurs commissions de dialectologie, de langue et de littérature, il l’est aussi du Conseil des langues régionales endogènes de la Communauté Française de Belgique (1991).


    Ouvrage cité :
    -Fauves dèl tâye-aus-fréjes èt contes dou tiène-a-bîje :
    parler de Jamioulx.
    Société de langue et de littérature wallonne, 1956.
    (Collection littéraire wallonne ; 2).
    Glossaire.
    Cote rangement : 8-1=401

    Autres ouvrages de l’auteur :
    -Il aveut pôrté l’soya dins s’besace.
     [S.n], 1950.
     Glossaire.
     Cote rangement : 8-3=401

     -Poques èt djârnons=plaies et germes.
     Charleroi : Bourdon, 1957.
     Parler de Jamioulx.
     Cote de rangement : 8-1=401