mercredi 26 décembre 2012

Pacyince...

Pèrdez pacyince, les djoûs ralonguichont d´djà :
Au Nowé, d’in toûr dè clé ;
à l’an, du pas d’in sèrdjant ;
aus Rwès, on s’d’apèrcwèt. 
 
(envoyé par Mr Chapelle)

jeudi 13 décembre 2012

Pourmènâde avè les fabulisses walons

Armand Bernier   (1902-1969)

Le poète né le 10 février à Braine L’Alleud, passe son enfance et son adolescence à Haine-Saint-Pierre, ses parents s’y étant fixés pour des raisons professionnelles.
Son professeur de français de l’Athénée du Centre de Morlanwelz, le poète Gaston Heux lui révèle la poésie et l’initie à la versification.
En 1927 il se marie et s’installe à Bruxelles.
Il entre au gouvernement provincial du Brabant mais collabore aussi à plusieurs revues (Journal des poètes, Thyrse…) ainsi qu’à la page littéraire et artistique du Soir.
Chantre du Brabant wallon, il écrit de nombreux poèmes qui sont traduits en une dizaine de langues ainsi qu’en dialecte wallon par les soins de Marcel Meulemans et d’Ernest Haucotte.


Ill.  Maison de la Poésie et de la Langue française
L’extrait de fable ci-dessous provient de l’ouvrage Quelques fables, satires, apologues et poèmes  adaptés en dialecte du Centre hennuyer (page 30, Les morts et les vivants) :

« Tant que la terre sera libre
de flotter dans le ciel
à travers l’espace et le temps,
il faut des morts et des vivants
pour conserver son équilibre
essentiel.
Mais ces derniers devraient, plus sensément
malgré certains désagréments,
apprécier mieux
cette insigne faveur des dieux
qu’est vivre. »

« Tant què l’têre sèra lîbe
dè floter dèvins l’cièl
au trèvî d’l’èspace èt du tamps,
I faut des moûrts èt des vikants
Pou consèrver l’èquilîbe
étèrnèl.
Mais les dèrnî dèvrine-tè, pus souvint,
maugré sakants dèsagrémints,
aprécyî mieùs
èl pus bèle faveûr du bon Dieù :
léchî vîve. » 

 (traduit par Ernest Haucotte)


Poète, conteur, essayiste, chroniqueur littéraire et artistique, Armand Bernier est titulaire de nombreux prix. En 1992, la commune de Waterloo décide de lui faire honneur en nommant son Centre culturel « Espace Bernier ».
Une fondation portant son nom créée en 2000 permet de faire revivre les multiples écrits de cet auteur prolifique, mort avant d’avoir pu voir diffuser son œuvre.

Ouvrage cité :
-Quelques fables, satires, apologues adaptés en dialecte du Centre hennuyer.
La Louvière : Mouchon d’Aunia, 1964.
Cote de rangement : 8-1=401

mardi 11 décembre 2012

In dalant su décimbe


N’eûchîz nin peû d’l’iviêr, èn´ vos skètez nin ’l tièsse,
Sint Élwè èt Sinte Bârbe vont buchî al fèrnièsse,
Is vont nos amin.ner dèl fwèdur´, des guèrjas,
Is n’roublîyront nin ’l pieufe qui pût tchér´ à sayas.
Des ouftéyes dè vint d’bîje oskin´ront nos bowètes,
Acwatîye dzou ’l nîve, èl têre li contra fleurète.
N’eûchîz nin peû, amiss, vos vérez dèlé nous,
No mézo nos ratind, vènez, dèspétchîz-vous.
Èl feú brouye dins l’èstûve, dins ’l drèsse il a du pain,
Dèl grésse èyè du lârd, des puns plin n-in kèrtin.
Al mézo d’in mossieû, on vos don´roût, putète,
Du fèzan, du boun vin, pâtés èyè galètes.
Pou ç’qui est d’l’amitié, d’ârîz ? Astez bin seûr ?
Dins ’l foncha d’vos deûs mains, nos mètrons du bouneûr.
Yè quand ’l nût´ sâra tcheûde, les batantes bin sèréyes,
Nos bwêrons ène boune jate al santé dèl djèléye.

 
Louise Debroux-Delestienne

lundi 10 décembre 2012

Un vrai Wallon reconnu par l'Académie !!!

Julos Beaucarne célébré par l’Académie Charles-Cros

photo prélevée au site de Julos Beaucarne (DR)
(en direct de la Maison de la Radio, Paris, à la remise des Prix de l’Académie du disque Charles-Cros)
Ça fait presque un demi-siècle que ce wallon d’Ecaussinnes, ce citoyen du monde, cet agitateur du Front de libération des arbres fruitiers, ce rêveur de fond, poursuit sa route, plutôt ses petits chemins, loin des grandes transhumances des modes et des chansons. On dit facilement – ça doit être enseigné dans les rédactions de presse – que tout artiste a un « univers », la belle affaire ! Si c’est vrai, on ne saura tout à fait qualifier celui de Julos Beaucarne tant parler d’un univers à son propos relève du pléonasme, de l’évidence. Du reste, son terroir, c’est les galaxies… alors, l‘univers !
Avec Barbara d’Alcantara (photo Chantal Bou-Hanna)
Ce « chiffonnier de l’espérance » (1) est un amoureux de l’Homme et de la terre, une terre sans frontières et sans armes, comme avant l’Homme. Un terroir de bon sens où le geste rejoint la parole donnée, la parole chantée. Rien n’est factice, rien n’est de pure forme : Julos n’est pas un chanteur avec un plan de carrière, une feuille de route, c’est un homme qui chante, qui enchante, allant au bout de ses idées, de ses rêves, de ses utopies. Ni artistes raisonnable, ni chanteur maudit, non. Les pieds bien sur terre, dans le compost de ses mots, dans la pépinière de ses idées, dans le respect de la vie, il insinue ses p’tites chansons qui, petitement, dans le temps, labourent nos esprits et feront les moissons de demain. Il est la goutte d’eau qui prolonge le stalagmite… patience et longueur du temps. Bien sûr on a raillé cet insolite troubadour qu’aucune industrie, à plus forte raison discographique, ne saurait recycler. Lui tente, dans ce monde de déforestation forcenée, de « reboiser l’âme humaine ». Vaste tâche qu’il mène, résolu, depuis cinq décennies, par la force de l’émotion colportée, partagée, par l’inlassable transmission d’idées, d’exemples et de chansons. Seule l’Académie de disque Charles-Cros pouvait honorer un tel artiste : car vous l’imaginez, vous, chamarré d’une Victoire de la musique. Ce serait sa vie, son œuvre, qu’en un trophée un seul on détruirait.
Le site de Julos Beaucarne, c’est ici.
(1)    L’expression me semble être de mon collègue Serge Dilaz, sur Chorus.

Fermeture de l'Espace 81


Les fonds dialectal, "jeunesse", patrimonial et professionnel seront inaccessibles du 22 décembre 2012 au 1er janvier 2013

Nous vous souhaitons de belles et bonnes fêtes de fin d'année !

mercredi 5 décembre 2012

L' temps des cadeaux i-est arrivé : DVD « Ein queop d'oeul dins l' rétro » !

Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
1


Bonjour mes gins,

DVD "Ein queop d'oeul dins l'rétro"Avé les fiêtes qui arrif'tent, l' temps des cadeaux i-est arrivé li avec. Et ç't'ainnée, cha n' va pos ête trop compliqué.

L' DVD « Ein queop d'oeul dins l' rétro », i va permette d' vir, d'intinte et de s' régaler in s' raminvrant des grands noms de l' Compagnie. Ainsin, Albert Coens avé « L'lapin du lundi perdu » ou acore Jean-Pierre Verbeke, in pleine jeonesse qui cante « L'lundi parjuré » qu' cha cait bin avé l' troisième réveilleon qui s'annonche. Mais ch'est pos tout : on pourra orvir Eloi Baudimont, Edmond Roberte, Jean Leclercq, Ghislain Perron, André Dupriez, Félicien Doyen ou cor Lucien Jardez dins ein monoloque et bin d'z'éautes qu'on n' sait pos tertous les citer. On pourra même s' raminvrer les derbys d'antan à travers ein duo d'anthologie.

Adeon, i n'a pos à hésiter. Vous pouvez aller l'querre au guichet « infos » des Bastieons ou à l'gestieon centre ville dins l'bas de l'rue Saint Martin ou bin auprès d'ein des cancheonniers ou même in téléphonant au 0473-17 55 42 dusque ch'est ein cancheonnier pinsieonné qui-a du temps à li. Cha li f'ra plaisi d' vous satisfaire. Et cha n' coûte que 20 euros (neon pos pou qu'i vous satisfait . mais pour acater l' DVD).
Et si vous voulez ein deuxième cadeau, pos d' problème, i-a l' livret-CD des « Tournaisiens sont là » qui peut faire l'affaire ou bin l' life « Chint ans d' Cabaret » par eximpe.

Avec cha, ch'est seûr vous pouvez avoir l' garantie que l' cadeau i va faire d'l'effet !

Allez, beon réveilleon à tertous.

A l'orvoyure !

Vos amisses du Cabaret
www.cabaretwallon.be

  1 Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !

Pour se désinscrire de "Queus nouvelles", renvoyez ce message avec la mention "Stop".
(nous ne diffusons pas notre fichier d'adresses email à des tiers)