jeudi 19 décembre 2013

Èle est 'arivée dlé mî

Èle est ‘arivée dlé mî, èle a rintré dins ‘m mézo, nos avons tafyî inchène yè èle s’a inralé.
Èle arife dlé vous.
 Si vos plét, fètes sûre ès’ n’imâdje-ci.
Èle fumèle dè pidjon dira dins toutes lès mézos, din tous lès bûraus. D’ordinateûr à ordinateûr via èl tap tap…
Ès pidjon là va pa tous costés yè prinds su ‘s dos tous vos rûjes (vos n’èrez pus qu’vos pènas à skeûr).
Djè vos l’ lance, nè l’èrtènez nî
Moustrez lî tous ‘l tchèmin qu’èle dwèt co fé !




   
ELLE EST ARRIVÉE CHEZ MOI, ELLE EST ENTRÉE
NOUS AVONS DIALOGUE ENSEMBLE ET ELLE EST REPARTIE.
ELLE ARRIVE CHEZ TOI…

En faisant suivre cette image       
la colombe de la paix voyagera de maison en maison,
de foyer en foyer, de bureau en bureau, d'ordinateur à ordinateur..
Notre colombe parcourt le monde entier en emportant nos soucis avec elle.
Je te l'envoie, ne la retiens pas…
Aide-la à continuer son chemin…

Texte de Pol Cullus, transmis par Monsieur Chapelle....


mercredi 18 décembre 2013

Fermeture de l' "Espace 81" pour les fêtes de fin d'année

 
Fermeture de l' "Espace 81" de la Bibliothèque centrale du Brabant wallon

Les fonds dialectal, "jeunesse", patrimonial et professionnel seront inaccessibles du


25 décembre 2012 au 3 janvier 2013 inclus


Nous vous souhaitons de belles et bonnes fêtes de fin d'année !


Site web : www.escapages.cfwb.be

lundi 9 décembre 2013

Blanc Noyé ?

Blanc Noyé, vètès Pâques; vért Noyé, blankès Pâkes
Noël blanc, vertes Pâques; vert Noël, blanches Pâques

jeudi 28 novembre 2013

Pourmènade avé les fabulisses walons : Henri Pétrez

Henri Pétrez (1886-1967)

ill. extraite du 3ème recueil
de fôves



Né en 1886 à Fleurus, Henri Pétrez débute en littérature
dialectale vers 1904.
Il collabore au journal l’Arsouye.  Auteur de poésies, de vers, de chansons et de plus d’une vingtaine de comédies, il s’est cependant fait connaître en publiant ses fables.
Elles sont particulièrement remarquables grâce à la perfection dans la forme, la description exacte des personnages et l’élégance de la langue.









Ses recueils de fôves sont superbement illustrés par :
                                               
-Élisabeth Ivanovsky :
(d’origine russe, peintre et illustratrice d’ouvrages pour la jeunesse)

ill. extraite du second recueil de fôves
-Benjamin Rabier 
(figure majeure du dessin animalier, 
 illustrateur et auteur de bande dessinée)

 

ainsi que le caricaturiste liégeois Ernest Forgeur
(peintre, illustrateur et caricaturiste de talent). 

ill. extraite du second recueil de fôves
Les ouvrages originaux représentent un régal pour les amoureux des dessins de l’époque.
Pétrez a signé ses oeuvres : Fôves du Baron d’Fleûru en souvenir de ses grands-parents maternels, métayers à la cense du Baron à Fleurus.
On peut le considérer comme le prince des fabulistes wallons car il ne s’est pas inspiré de La Fontaine à la différence de la plupart de ses émules wallons.
Des gouttes de vraie poésie perlent des ses fables très nombreuses et si originales !
L’extrait choisi, sa traduction ainsi que son illustration proviennent du troisième recueil de ses fôves.
(illustré plus haut).

 





Ouvrage cité :
-Fôves du baron d’Fleûru : 3ème recueil
 Charleroi : Éditions Héraly, 1950
 Illustrations de Benjamin Rabier
 Texte en wallon et en français
 Cote de rangement : 8-1=401

Autres ouvrages de l’auteur :
-L’an quarante ; Fleurs et fwits
 Namur : Cahiers wallons, [S.d]
 Cote de rangement : 8-1=401

-Chix nouvellès fauves du Baron d’Fleuru
 Namur : Imprimerie de l’ »Arsouye », 1923                       
ill. extraite du 3ème recueil de fôves

 Cote de rangement : 8-1=401

-Fôves du Baron d’Fleûru
 Fleurus : Hacquart-Watiau impr., 1928
 Cote de rangement : 8-1=401

-Fôves du Baron d’Fleûru : 2ème recueil
 Couillet : Maison d’Édition, 1938
 Illustrations d’Élisabeth Ivanovsky
 Texte en wallon et en français
 Cote de rangement : 8-1=401

-Manman
 Namur : Servais impr., 1953
 Cote de rangement : 8-1=401


vendredi 22 novembre 2013

Les mzur' dè capacité

Dins ène èscole (du Beaujolais), èl mésse aprind à ses scolîs les mzur´ dè capacité des likid´, èy’ i dit :
" Èl pus ptite mèzur´ dè capacité, c’est ’l mililite. D’acoûrd ? Boun, après nos avons èl centilite, èl décilite , èy’adon èl mèzur´ dè bâse, qui est ... ?
– Èl lite ! criyont les èfants, tèrtous inchène.
– Bravô ! Foûrt bin, disst-i ’l mésse. Yè qu’est-c’qu’il a au dzeûr du lite ? dèmande-t-i.
Yè toute èle classe rèspond in keûr :
– Èl bouchon !

de Michel Pourtois

mardi 19 novembre 2013

Picards, nous !



Ce mercredi 20 novembre à 21h05 sur la Trois, "Wallons, Nous !" invite ses amis picards!



Ce mercredi, "Wallons, Nous!" vous propose une émission qui s'exprimera en ch'ti, en picard de Mouscron et fera la part belle au cabaret qu’il soit wallon ou picard.
Pour ce numéro spécial, la séquence "Suivre le guide" se fera à Mouscron, ville frontière et textile, une séquence entièrement parlée en picard, sous-titrée en français.
Georges Vetters accueillera Pierre Noël pour son récit en picard "Dernière promenade", Jean-Luc Fauconnier pour "Coquia", une bande dessinée en wallon de Charleroi et Michel De Coster pour "La culture wallonne, pourquoi n’est-elle pas soluble dans la culture française".


Mais encore...


Ce mercredi 20 novembre, les comédiens de la Compagnie Marius Staquet seront présents sur le plateau de "Wallons, Nous!" afin de nous donner un petit aperçu de ce qu'est le Cabaret mouscronnois.
Quelques minutes avant le début de l'enregistrement, Manu Vandaele et Christian Derycke, deux représentants de la troupe, nous parlent de cette langue régionale qu'ils apprécient tant, le Picard.

Christian Derycke
 Christian Derycke - © Tous droits réservés


mardi 29 octobre 2013

les 26 et 27 octope et les 1, 2 et 3 novimpe, « Ch'est l'infier au paradis ! ». !

Royale Compagnie deu Cabaret Wallon Tournaisien
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
1


Bonjour mes gins,
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
Béteôt l'Orvue ! Cha va s' passer les deux wékennes qui vienn'tent à l' maseon de l' Culture bin seûr : les saim'dis 26 octope et 2 novimpe à 20h, les diminches 27 octope et 3 novimpe à 16h, et l' verdi 1er novimpe (l' jour du Toussaint) à 16h aussi.
« Ch'est l'infier au paradis », ch'est l' titre d' ceulle Orvue. Sans tout vous dévoiler, i-a d'z'affaires qui veont s' passer su tierre, dusque ch'est alfeos l' paradis, mais aussi alfeos l'infier ; et i-ara d'z'affaires qui veont s' passer au paradis, dusque ch'est alfeos l'infier ; et pétête aussi in infier, dusque ch'est pétête alfeos l' paradis. Vous m' suivez ?
Hasard que les cancheonniers du Cabaret i z'in profit'reont pou s' foute du meonte, de l' télévisieon, des politiciens, et tout quoi ç' que j'sais acore.
Adeon, n' ratez pos cha ! Et si vous n'avez pos cor réservé vos plaches, vous pouvez toudis téléphoner au 069/59.01.39. I-a même ein répondeur si i feaut. Sineon, i-a toudis moyen d' printe ses plaches sur plache (ch'est l' cas de l' dire) el' jour de l'orprésintatieon, mais alors i n' feaut pos arriver à l' dernière minute.


A l'orvoyure !
Vos amisses du Cabaret
www.cabaretwallon.be
  1 Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !

Pour se désinscrire de "Queus nouvelles", renvoyez ce message avec la mention "Stop".
(nous ne diffusons pas notre fichier d'adresses email à des tiers)

mardi 22 octobre 2013

Pourmènade avé les fabulisses walons : Ô co(u)rti des fôves

Ô co(u)rti dès fôves

Une fois n’est pas coutume !
Ce n’est pas un fabuliste isolé qui est mis en scène ici mais une série de fables inédites d’auteurs wallons
et picards contemporains…  Il s’agit d’une coproduction de Vivacité et de la Communauté française.
Une lecture-spectacle sous la direction artistique d’Annie Rak et de Roland Thibeau a été présentée
au Théâtre de Namur le 14 octobre 2010.  Un petit livret a été publié à cette occasion !
Qui sont Annie Rak et Roland Thibeau ?

Annie Rak est licenciée en droit et premier prix en art dramatique au Conservatoire de Mons.
Elle est entrée au centre RTBF Mons il y a quelques années, avec le but secret de faire connaître les poètes et romanciers de la Communauté française.

 Ill. RTBF  


Elle  crée une émission « Façon d’écrire, façon de parler » et
organise un concours « Un auteur, une voix »,
concours de poésie suivi d’un concours d’interprétation
des 20 textes primés.


                       
Roland Thibeau né en 1948 est diplômé de l’IAD en mise en scène de théâtre.
Il écrit pour la radio des séries, des feuilletons, des énigmes policières, des chroniques, des biographies, des œuvres plus personnelles.
Metteur en ondes, comédien de radio, il a prêté sa voix à de multiples réalisations.  
        

 Ill. J.-M Van Dyck

                                                         

Il reçoit notamment le prix 2003 de langue régionale
de la Communauté française. Il enseigne la réalisation
radiophonique à l’IHECS à Bruxelles.







                    
            
                                                           

                                                       
  Sources : BELA-Maison des auteurs (http://bela.be) 
                                                                                               
Ils participent tous les deux à la Roulotte théâtrale (Dour) qui présente plus ou moins deux créations (auteurs belges) et une grande animation par saison. (http://roulottetheatrale.wifeo.com)


 Une des « fôves »  faisant partie de la lecture-spectacle :

                                                       
                                                                  À la page 34 de l’ouvrage cité…
             

…Et sa traduction à la page suivante :    
                          

Ill. de J.J. Granville (1803-1847)
           pour une fable de Lafontaine avec le même thème


Ouvrage cité :

Ô co(u)rti dès fôves
Ministère de la Communauté française, 2010
Cote de rangement : 8-1=401

  

Répertoire des pièces de théâtre et adaptations wallonnes de Philippe Decraux

http://philippedecraux.e-monsite.com/

Ce site présente
- un agenda de pièces en wallon jouées prochainement 

            ET

- un répertoire de pièces à télécharger, ainsi que de pièces pour enfants

jeudi 17 octobre 2013

Wallons, Nous : Premier numéro de la saison

Premier numéro de la saison "Wallons, Nous!"
ce mercredi 30 octobre !

Dès 21h05 sur la TROIS, le premier numéro de la saison suivi par du théâtre wallon sous-titré français :


 "LI SIÈRMINT DA GRETRY" de Joseph Vrindt par la Troupe du Trianon de Liège.





Pour cette première de la saison, Georges Vetters vous invitera à  « Suivre le guide en wallon à Waremme, capitale de la Hesbaye», une séquence entièrement en wallon mais sous-titrée en français.
Coup d’œil aussi sur la dernière édition du Grand prix du Roi Albert 1er de théâtre Wallon. Un théâtre wallon qui sera d’ailleurs mis en évidence tout au long de la saison de l'émission grâce aux captations que la RTBF a réalisées aux dernières Fêtes de Wallonie. Des pièces en un acte qui ont été captées en public et qui seront diffusées mensuellement avec un sous-titrage en français. Première diffusion ce mercredi, à la suite de l'émission, de la pièce "LI SIÈRMINT DA GRETRY" par la Troupe du Trianon de Liège, voir ci-dessous.
Le plateau de littérature dialectale et régionale accueillera Christian Quinet pour son roman « Café de l’espérance », roman en français ponctué de mots et expressions en wallon du Centre, Michel Francard pour «Wallon, Picard, Gaumais, Champenois, les langues régionales de Wallonie » et
Jean-Luc Geoffroy viendra présenter son dernier roman en gaumais "L'Oscar èt l'Alfred à l'icole".

"Café de l'espérance" de Christian Quinet
"Café de l'espérance"
 de Christian Quinet
                                                                          "L'Oscar èt l'Alfred à l'icole" de Jean-Luc Geoffroy  
                                                                          "L'Oscar èt l'Alfred à l'icole"
                                                                          de Jean-Luc Geoffroy

« Wallon, Picard, Gaumais, Champenois, les langues régionales de Wallonie » de Michel Francard
« Wallon, Picard, Gaumais, Champenois, les langues régionales de Wallonie »
 de Michel Francard


Vous retrouverez ensuite les truculents « Poyon et Poyou », nos marionnettes liégeoises; l’adaptation TV de la séquence de Vivacité –Liège, enregistrée au Théâtre de Marionnettes du Musée de la Vie wallonne.
Enfin, votre mensuel wallon se terminera avec les danses folkloriques du groupe liégeois des « Djoyeûs Potcheûs». Rendez-vous donc ce mercredi 30 octobre dès 21h05 sur la Trois !

« Djoyeûs Potcheûs»
« Djoyeûs Potcheûs»

"LI SIÈRMINT DA GRETRY" par la Troupe du Trianon de Liège.

C’est un très touchant et aimable tableau écrit par Joseph VRINDTS, surnommé le Prince des poètes wallons, que Wallons, Nous! vous propose ce mercredi dès 22h15 sur la Trois à la suite de son premier numéro de la saison.
L’action se situe à la veille du départ du jeune Grétry pour Rome, quittant sa famille et sa fiancée éplorée ; c’est une tranche de vie de la jeunesse de notre illustre compositeur liégeois, André-Modeste GRÉTRY…


Cercle Dramatique wallon de Braine-Le-Château


... La Saison en cours ...

L'histoire se déroule dans la salle des professeurs de l'école un lundi matin après deux semaines de congé. Les professeurs arrivent un à un et profitent de la présence de Dolorès, technicienne de surface, pour lui faire part des commentaires et souvenirs des quinze jours de congé. Tous les professeurs sont là, seule la directrice manque à l'appel. Un appel téléphonique apprend que celle-ci est retenue à l'étranger par une tempête de neige. La venue d'un inspecteur des finances est annoncée. Il vient contôler les comptes de l'école qui depuis un certain temps a mauvaise réputation dans ce domaine...  Qui va devoir faire face à l'inspecteur et défendre la mauvaise gestion de l'école...?

                            
 DOLORES
                       
comédie gaie en 3 actes de Joëlle Delahaut et Philippe Decraux
adaptation et mise en scène par Marcel Beugnies
 

Notre programme 2013
Samedi 2/11/2013 à 19h30            Steenkerque
Lundi 11/11/2013 à 16h30               Lens/Dendre
Samedi 16/11/2013 à 19h30           Braine le Château*
Dimanche 17/11/2013 à 16h00             idem
Vendredi 22/11/2013 à 19h30             idem
Samedi 23/11/2013 à 19h30                idem
Samedi 7/12/2013 à 19h30           Tubize/Boule d'Or
   *Espace Beau Bois, rue de Tubize
Notre programme 2014
Dimanche 9/2/2014 à 15h00       Waterloo
Samedi 22/2/2014 à 15h30         Ecaussinnes
Dimanche 23/02/2014 à 16h00   Tubize (Gymnase)



 Pour de plus amples informations, veuillez nous contacter au 0497 88 58 54 .

lundi 14 octobre 2013

13ème Grand Prix de la Chanson wallonne 2014



Une nouveauté pour ce 13ème Grand Prix de la Chanson wallonne!


Les deux chansons ne pourront pas avoir été interprétées par un candidat lors d’un Festival de la Chanson Wallonne précédent.
Chanteurs, chanteuses, musiciens et amateurs de nos belles langues régionales de Wallonie, n'hésitez pas à vous inscrire!


Le règlement :

1. L’Union Culturelle Wallonne et Wallons, Nous ! (R. T. B. F.) organisent un
festival de chansons interprétées en langues endogènes romanes de Wallonie.
2. Un jury, composé de spécialistes et de professionnels de la variété, de la musique, de la chanson et de la langue, sélectionnera au maximum 10 candidats ou groupes musicaux sur base d’un enregistrement CD, DVD, comportant 2 titres dont un sera soit un inédit, soit une adaptation (inédit signifiant non gravé sur un support destiné à la vente ou commercialisé de toute autre manière). Les deux chansons ne pourront pas avoir été interprétées par un candidat lors d’un Festival de la Chanson Wallonne précédent.
Ce support audio et ou vidéo sera envoyé au Secrétariat administratif de l’Union culturelle wallonne avant le CINQ JANVIER 2014 et sera obligatoirement accompagné des coordonnées du candidat, des textes dactylographiés et des partitions des 2 chansons ainsi que les fiches techniques.
Le formulaire d’inscription est à demander au Secrétariat de l’Union Culturelle Wallonne (20, rue Surlet. 4020 LIEGE) ou à télécharger sur le site de l’union culturelle wallonne (www.ucwallon.be).
3. La finale aura lieu en public le 17 mai 2014 à la R.T.B.F. MEDIA RIVES et sera
enregistrée dans une émission spéciale de WALLONS, NOUS !
4. La réunion du jury se fera à la fin du mois de janvier 2014. Les chanteurs
seront prévenus début février.
5. Une réunion aura alors lieu, début février 2014 avec les lauréats et tous les
intervenants. Les finalistes devront y participer.
6. Quatre musiciens professionnels pourront accompagner le candidat qui
pourra néanmoins ajouter un ou deux instruments à ses frais.
7. Des prix seront décernés à l’issue de la finale pour une valeur de 3.000
euros ; parmi lesquels le Grand Prix de la Chanson Wallonne pour un montant de
1000 euros.
8. Tout lauréat du Grand Prix devra attendre deux ans avant de se
représenter.
9. La R. T. B. F. et l'Union Culturelle Wallonne, en concertation, se réservent le
droit d’interpréter et de modifier le présent règlement en fonction des
impondérables inhérents à l’organisation d’une telle manifestation.
10. Le Grand Prix de la Chanson Wallonne est organisé avec la collaboration de
la S.A.BA.M.
11. Les décisions du jury sont sans appel. Il règlera souverainement les cas
éventuellement non prévus par le présent règlement.
Le fait de participer au concours implique l’adhésion au présent règlement.

Wallons, Nous! - © Tous droits réservés

dimanche 13 octobre 2013

les 26 et 27 octope et les 1, 2 et 3 novimpe, « Ch'est l'infier au paradis ! ». !

Royale Compagnie deu Cabaret Wallon Tournaisien
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
1



Bonjour mes gins,
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
Ch'est béteôt l'Orvue ! Bin seûr qu'i n' vous feaut pos rater cha ! Cha va s' passer à l' maseon de l' culture les 26 et 27 octope et les 1, 2 et 3 novimpe. A 20h les sam'dis, à 16h l' verdi (ch'est l' Toussaint) et les diminches.
Si vous voulez réserver vos plaches à l'avanche (ch'est conseillé), i vous feaut v'nir à l' maseon de l' culture sam'di 12 et 19 octope inter 10h00 et 13h00, ou bin téléphoner (069/59.01.39) à partir du 14 octope du lundi au verdi inter 19h00 et 21h00 (ou bin laicher ein messache au répondeur).
On vous in dira puque su l' spectaque dins eine prochaine bafoulle, mais ov'là d'jà l' titre d' l'Orvue : « Ch'est l'infier au paradis ! ». Fameux programme, vous n' pinsez pos ?


A l'orvoyure !
Vos amisses du Cabaret
www.cabaretwallon.be
 
1
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !


Pour se désinscrire de "Queus nouvelles", renvoyez ce message avec la mention "Stop".
(nous ne diffusons pas notre fichier d'adresses email à des tiers)

Demande de Mr Chapelle

J.J.Chapelle ( jjchapelle@skynet.be ) recherche 
 Journal manuscrit de la guerre à Nivelles pour l’année 1918, d’Edouard Parmentier, avocat. Une personne détient peut-être ça dans un de ses tiroirs.

Merci d'avance

jeudi 3 octobre 2013

Michel Francard nous invite à redécouvrir nos langues régionales !!! Une mine d'informations...

"Les langues régionales de Wallonie", 
le nouveau livre du linguiste Michel Francard
Le professeur de linguistique française au centre de recherche VALIBEL de l'UCL, Michel Francard, a présenté mardi matin à Namur son nouveau livre "Wallon, picard, gaumais, champenois. Les langues régionales de Wallonie", paru aux éditions De Boeck. "Ce livre n'est pas militant, je mets des informations à la portée des personnes. Et ce qu'elles en font, c'est de leur responsabilité", assure l'auteur du "Dictionnaire des belgicismes" paru en 2010.
 Le Vif   extrait du mardi 10 septembre 2013 







Consultable à l'Espace 81 de la Bibliothèque Publique Centrale du Brabant wallon

(Fonds dialectal 067/89 35 88)



vendredi 6 septembre 2013

Pourmènade avé les fabulisses walons : Antoine Kirsch


 Antoine Kirsch (1839-1896)

C’est le premier août 1839 à Liège que notre futur poète wallon eut la curiosité de découvrir le monde.
Il était le plus âgé d’une famille de sept enfants.  Il n’est pas allé longtemps à l’école mais a lu tous les plus grands auteurs.  Il avait une belle voix de ténor et faisait partie de plusieurs chorales mais sera surtout reconnu pour sa poésie
Même si le grand La Fontaine transforma les fables empruntées à Esope en chefs-d’oeuvre, Antoine Kirsch, en les adaptant en wallon leur a donné une nouvelle saveur.
C’est toute une époque qui est reflétée dans ces poèmes et ces chansons dédiées aux gens simples et travailleurs.
Surnommé le « Poête dè tiér à Lîdje »,  il était joyeux et aimait bien vivre mais partit trop jeune après une longue maladie en 1896.

Li cwèrbå èt li r’nå (page 28), inspiré de la fable célèbre Le corbeau et le renard est extraite de l’ouvrage Fåves, paskêyes, poèmes wallons.

Le portrait de l’auteur provient également de cet ouvrage.

  






ill. Grandville


   
Suivi de la version de La Fontaine :


LE CORBEAU ET LE RENARD
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
           Tenait en son bec un fromage.
       Maître Renard, par l'odeur alléché,
           Lui tint à peu près ce langage :
       Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
    Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
           Sans mentir, si votre ramage
           Se rapporte à votre plumage,
     Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
           Et pour montrer sa belle voix,
   Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
   Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
              Apprenez que tout flatteur
     Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
   Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
           Le Corbeau honteux et confus
   Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Ouvrage cité :
  
  

 

Fåves, paskêyes, poèmes wallons.
  Liège : P. Deschamps impr., 19Liège : P. Deschamps impr., 1949
Cote de rangement : 8-1=401 

mardi 16 juillet 2013

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon aux Journées des bouquinistes de Nivelles

La Bibliothèque publique centrale du Brabant wallon vous donne rendez-vous les dimanches 18 et 25 août de 10 à 18 heures pour les Journées des bouquinistes dans le cadre agréable du cloître de la Collégiale ainsi que dans la Salle des Mariages de l’Hôtel de Ville de Nivelles.

Nous vous y proposerons :
  • des ouvrages en wallon : pièces de théâtre anciennes, textes et études littéraires.. 
  • des ouvrages d’auteurs et d’éditeurs belges 
  • des livres d’histoire

 Pour plus d'infos sur les Journées des bouquinistes...

jeudi 11 juillet 2013

Pourmènade avé les fabulisses walons : Joseph Houziaux

 
Joseph Houziaux (1901-1969)

Joseph Houziaux voit le jour à Celles près de Dinant.
Professeur de langue française à l’Athénée royal de Rochefort, il a collaboré à diverses revues littéraires et pédagogiques.  Il est l’auteur de nombreuses œuvres dialectales et écrit notamment dans l’Arsouye, le Vers l’Avenir, les Cahiers wallons.




Dans l’intérêt de ses jeunes élèves, il imagine de composer des adaptations wallonnes des fables de Lafontaine.
Estimant utile de diffuser ce travail il publie en 1949 l’ouvrage :
On d’méye cint d’fauves da La Fontinne, tournèyes o patwès d’Cèles d’où est extraite la fable ci-dessous (page 19).  Il s’agit d’un recueil d’une cinquantaine de fables de La Fontaine adaptées en patois de Celles-sur-Lesse.  Il s’en dégage un fumet de campagne authentique et de parfum des choses d’antan…

Monsieur Lucien J. Heldé (sur son site http://www.lulucom.com) a longuement commenté les talents de fabuliste de Joseph Houziaux. 
Il a même transcrit à sa manière quelques unes des fables d’Houziaux en français et les a
comparées aux textes originaux de La Fontaine.  En voici un exemple :


Li Mwart et l’ovri d’bwes
 
On djoù, li vî Djôsef — c'esteuve on' ovrî d'bwès —
Rariveut bin réduit après l'vèspréye tote basse,

Li cougnie su si spale, en hèrtchant on grand fwè,
Li stomac' aux talons èt pus rin dins s'bèsace.

Il avisse on cul d'tchên-ne èt, come i n'è pleut pus, I fout t't'à fait al tère èt i s'lait tchêre dissus.


« Qué pôve mestî qui l'mîn-ne, Dist-i, causant tot seû. Faut-i donc tant rinde pwin-ne Po yèsse si malheureux ? Do djoû, c'est travayi ; dol chîje, c'est fè l'manadje.
Tant qui l'mére èsteut là po m'cûre on bon potadje, Mète des pèces à mes loques, ècrachi mes solès, Dj'aureus yeû twârt do m'plinde, ça poleut cor alè.
Mais dseûlè dins m'baraque !…
Putôt qu'do tant soufru, I gna ni crique ni craque, Vaureut co mia moru. »
Quand on z-a one mwaije fwin, i vos vint des vûsions : Divant li, tot d'on côp, i veut l'Mwârt astampée. « V'm'avoz hukè, dist-èle, c'est-t'à quéne ocâsion ?


Tot pèté, nosse Djôzef atrape one bèle souwéye « Bin… bin… bin… dist-i tot bèguiyant, 
Mi fa… fagot est pè… pèsant ; C' sèreut p0 m'ritchè… tchè… tchèrdji : Dj' n'èl pout nin là lêyi ! »  

Quand ça n'va nin tot drwèt, nos-èstans fin parèyes : A nos-ètinde tortos, nos nos foutans d' viké. Mais qui l'maladîye vègne ! Nos brûlans des tchandèyes Po plu, au pus abiye, rapici nosse paquèt.
La Mort et l’ouvrier des bois

Un jour, le vieux Joseph – c’était un ouvrier forestier
Revenait bien recru après la soirée bien entamée,
La cognée sur l’épaule, en portant un lourd
fardeau,
L’estomac dans les talons, et plus rien dans sa besace.
Il avise la souche d’un chêne, et comme il n’en peut plus, il jette tout part terre et se laisse choir dessus.

« Quel triste métier que le mien, dit-il, parlant tout seul.  Faut-il donc prendre tant de peine pour être si malheureux ?  Le jour, c’est travailler ; le soir, c’est faire le ménage.
Tant que la mère était là pour me faire cuire une bonne soupe, mettre des pièces à mes haillons, décrasser mes souliers, j’aurais tort de me plaindre, ça pouvait encore aller.
Mais esseulé dans ma chaumine !...
Plutôt que tant souffrir, il n’y a ni cric ni crac, il vaudrait mieux mourir. »
Quand on a une mauvaise faim, il vous vient des visions : Devant lui tout à coup, il voit la Mort se dresser.  « Vous m’avez appelée, dit-elle, c’est pour quelle raison ? »


Tout ébahi, notre Joseph attrape une belle suée « Bin… bin… bin… dit-il tout bégayant,
Mon fa… fagot est lou… lourd ; Ce serait pour m’en rechar… char… charger ; Je ne peux le laisser là. »


Quand cela ne va pas tout droit, nous sommes bien pareils : À nous entendre tous, nous nous fichons de vivre.  Mais que la maladie vienne !  Nous brulons des cierges, pour encore, au plus vite, reprendre notre fardeau.

              Traduction par Monsieur Lucien J. Heldé




 
    
La Mort et le Bûcheron, peint par Léon Lhermitte, 1893
© musée Jean de La Fontaine
 
Voici, à titre de comparaison le texte de La Fontaine… 

LA MORT ET LE BÛCHERON

Un pauvre bûcheron, tout couvert de ramée,
Sous le faix du fagot aussi bien que des ans
Gémissant et courbé, marchait à pas pesants,
Et tâchait de gagner sa chaumine enfumée.

Enfin, n'en pouvant plus d'effort et de douleur,
Il met bas son fagot, il songe à son malheur.
Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde ?
En est-il un plus pauvre en la machine ronde ?
Point de pain quelquefois et jamais de repos.
Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts,
Le créancier et la corvée
Lui font d'un malheureux la peinture achevée.


Il appelle la Mort ; elle vient sans tarder,
Lui demande ce qu'il faut faire.
«C'est, dit-il, afin de m'aider
A recharger ce bois ; tu ne tarderas guère .»

Le trépas vient tout guérir;
Mais ne bougeons d'où nous sommes :
Plutôt souffrir que mourir,
C'est la devise des hommes.



     Ouvrage cité :

-On d'méye-cint d'fauves da La Fontin-ne : toûrnéyes o patwès d'Cèles
 Namur : Vers l’Avenir, 1946
 Cote de rangement : 8-1=401