jeudi 28 novembre 2013

Pourmènade avé les fabulisses walons : Henri Pétrez

Henri Pétrez (1886-1967)

ill. extraite du 3ème recueil
de fôves



Né en 1886 à Fleurus, Henri Pétrez débute en littérature
dialectale vers 1904.
Il collabore au journal l’Arsouye.  Auteur de poésies, de vers, de chansons et de plus d’une vingtaine de comédies, il s’est cependant fait connaître en publiant ses fables.
Elles sont particulièrement remarquables grâce à la perfection dans la forme, la description exacte des personnages et l’élégance de la langue.









Ses recueils de fôves sont superbement illustrés par :
                                               
-Élisabeth Ivanovsky :
(d’origine russe, peintre et illustratrice d’ouvrages pour la jeunesse)

ill. extraite du second recueil de fôves
-Benjamin Rabier 
(figure majeure du dessin animalier, 
 illustrateur et auteur de bande dessinée)

 

ainsi que le caricaturiste liégeois Ernest Forgeur
(peintre, illustrateur et caricaturiste de talent). 

ill. extraite du second recueil de fôves
Les ouvrages originaux représentent un régal pour les amoureux des dessins de l’époque.
Pétrez a signé ses oeuvres : Fôves du Baron d’Fleûru en souvenir de ses grands-parents maternels, métayers à la cense du Baron à Fleurus.
On peut le considérer comme le prince des fabulistes wallons car il ne s’est pas inspiré de La Fontaine à la différence de la plupart de ses émules wallons.
Des gouttes de vraie poésie perlent des ses fables très nombreuses et si originales !
L’extrait choisi, sa traduction ainsi que son illustration proviennent du troisième recueil de ses fôves.
(illustré plus haut).

 





Ouvrage cité :
-Fôves du baron d’Fleûru : 3ème recueil
 Charleroi : Éditions Héraly, 1950
 Illustrations de Benjamin Rabier
 Texte en wallon et en français
 Cote de rangement : 8-1=401

Autres ouvrages de l’auteur :
-L’an quarante ; Fleurs et fwits
 Namur : Cahiers wallons, [S.d]
 Cote de rangement : 8-1=401

-Chix nouvellès fauves du Baron d’Fleuru
 Namur : Imprimerie de l’ »Arsouye », 1923                       
ill. extraite du 3ème recueil de fôves

 Cote de rangement : 8-1=401

-Fôves du Baron d’Fleûru
 Fleurus : Hacquart-Watiau impr., 1928
 Cote de rangement : 8-1=401

-Fôves du Baron d’Fleûru : 2ème recueil
 Couillet : Maison d’Édition, 1938
 Illustrations d’Élisabeth Ivanovsky
 Texte en wallon et en français
 Cote de rangement : 8-1=401

-Manman
 Namur : Servais impr., 1953
 Cote de rangement : 8-1=401


vendredi 22 novembre 2013

Les mzur' dè capacité

Dins ène èscole (du Beaujolais), èl mésse aprind à ses scolîs les mzur´ dè capacité des likid´, èy’ i dit :
" Èl pus ptite mèzur´ dè capacité, c’est ’l mililite. D’acoûrd ? Boun, après nos avons èl centilite, èl décilite , èy’adon èl mèzur´ dè bâse, qui est ... ?
– Èl lite ! criyont les èfants, tèrtous inchène.
– Bravô ! Foûrt bin, disst-i ’l mésse. Yè qu’est-c’qu’il a au dzeûr du lite ? dèmande-t-i.
Yè toute èle classe rèspond in keûr :
– Èl bouchon !

de Michel Pourtois

mardi 19 novembre 2013

Picards, nous !



Ce mercredi 20 novembre à 21h05 sur la Trois, "Wallons, Nous !" invite ses amis picards!



Ce mercredi, "Wallons, Nous!" vous propose une émission qui s'exprimera en ch'ti, en picard de Mouscron et fera la part belle au cabaret qu’il soit wallon ou picard.
Pour ce numéro spécial, la séquence "Suivre le guide" se fera à Mouscron, ville frontière et textile, une séquence entièrement parlée en picard, sous-titrée en français.
Georges Vetters accueillera Pierre Noël pour son récit en picard "Dernière promenade", Jean-Luc Fauconnier pour "Coquia", une bande dessinée en wallon de Charleroi et Michel De Coster pour "La culture wallonne, pourquoi n’est-elle pas soluble dans la culture française".


Mais encore...


Ce mercredi 20 novembre, les comédiens de la Compagnie Marius Staquet seront présents sur le plateau de "Wallons, Nous!" afin de nous donner un petit aperçu de ce qu'est le Cabaret mouscronnois.
Quelques minutes avant le début de l'enregistrement, Manu Vandaele et Christian Derycke, deux représentants de la troupe, nous parlent de cette langue régionale qu'ils apprécient tant, le Picard.

Christian Derycke
 Christian Derycke - © Tous droits réservés