lundi 1 septembre 2014

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : Mardi 1er septembre 1914

Mârdi promî d’sètembe 1914

Èl canon n’lache nin. Come i va pus foûrt èyè qu’i chène qu’èl brû vint d’pus près, on dit qu’les
Allemands sont rfoulés. On dit minme què l’ètat-major est rvènu à Binche.
On dit co qu’à Bruxelles, les djins ârine dvu dmeurer twès djoûs dins les mézos sans soûrti èyè
qu’des canons astine brakîs dèssu ’l vile.

Les pèsses : l´z Anglais ârine dèclâré ’l guêre à la Hollande èyè ’l prîce consort sâroût prijonî.
Il âroût ’ne rèvolucion à Berlin télmint qu’tout est raussî, au prome èl mindjî.


Le canon n’arrête pas. Comme on l’entend plus fort et qu’il semble que le bruit se rapproche, on dit que les Allemands sont refoulés. On dit même que l’état-major est revenu à Binche.
On dit qu’à Bruxelles, les habitants auraient dû rester trois jours chez eux sans sortir et que des canons étaient braqués sur la ville.

Les bobards : les Anglais auraient déclaré la guerre à la Hollande et le prince consort serait
prisonnier.
Il y aurait une révolution à Berlin tellement que tout a augmenté, la nourriture en premier lieu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire