jeudi 2 octobre 2014

Toûr Sainte Djèdru

Toûr Sainte Djèdru, extraits.
de Georges Edouard (1902-1972), prix du Brabant en 1933

… Èl Tchâr s’inva doûçmint, poûrtant les saintes èrlikes,
Pal rûwe dè Mon, qui compte pus d’djins qu’i n’a d’cayaus...

Èl Tchâr passe, satchî pa chî tchfaus dècorés,
Satchî pau régiment qui monte yè qui tatèle,
Poussé pau cu pa les « amen » des gros curés,
S’inva min.ner Madame fé ’l toûr d’ès vî Nivèle.

Madame Djèdru s’inva fé ’s toûr dè proprio,
Oskinéye, à bèrlondje dèssu ’s gros Tchâr dè tchin.ne ;
Dè chake costé du Tchâr, rèd´ come des bokès d’bo,
Des anjes fzont balancî ’ne cassrole, au dbout d’ène tchin.ne.

Sainte Bârbe, les promîs là s’mètont dsu les trotwêrs.
 Il a des djins paktés djusk’al Brassrîye Brulé
In cu-d’pôuyant leû bouche yè trin.nant leû solés,
Les vîs Fanfâres passont, skètant toudi ’l minme ér.

In coû qu’èl Tchâr est woute, dèmi-toûr pou ’l musike,
 In tamboûr qui likote, ène grosse késse qui stièrnit
Yè « Boum », skètant pou ’l cintième coû « Aclot Toudi »
Èle dèskind ’l rûwe dè Mon, à in pas d’garde civike.



Asteûr, qu’èl fièsse est couminchéye,
 Les cabarèts sonsst´ aus cint coups ;
Les pompes satchont à plin.ne voléye,
Les cruchons n’ durront nin biacoû.

Les vêres ont mins leû blanc colé,
 L’èscume fét des ratchons d’tchèvaus
Dsu ’l tâbe, o choke doûcî, lauvau,
Lauvau, doûcî, pa tous costés.

Vos dirîz qu’dè s’savwêr dinsi sans leû Patrone,
 Pou nin s’sinte si miérseûs, les Aclots s’èrcachont ;
Nivèle sans ’s sainte Djèdru, c’est ’ne buwéye sans savon,
C’èsst´ ène fièsse sans barkète, des bèrtèles sans marone.
Sans ’s Patrone, no vî trô, rakinkyî dins ’s potèle,
No vî trô d’nos tayons, n’est pus no trô d’Nivèle...

Tour de sainte Gertrude
Traduction qui s’écarte peu du texte wallon dont il est parfois difficile de rendre la
saveur et l’originalité en français.

... Le Char s’en va doucement, portant les saintes reliques,
Par la rue de Mons qui compte plus de gens que de pavés...

Le Char passe tiré par six chevaux décorés,
Tiré par un régiment qui monte et qui bavarde,
Poussé par-derrière par les « amen » des gros curés,
Il s’en va conduire Madame faire le tour de son vieux Nivelles.

Madame Gertrude s’en va faire le tour de son domaine,
Secouée, balancée sur le gros Char de chêne ;
De chaque côté du Char, raides comme des morceaux de bois,
Des anges font balancer une casserole au bout d’une chaîne.

Sainte Barbe : les premiers arrivés se placent sur les trottoirs.
Il y a des gens massés jusque la Brasserie Brulé (*),
En faisant une bouche en cul de poule et en traînant leurs chaussures,
Les vieux musiciens passent, jouant toujours le même air.

Une fois que le Char est parti, demi-tour pour la musique,
Un tambour qui hoquette, une grosse caisse qui éternue
Et « Boum », jouant pour la centième fois « Aclot Toudi »
Elle descend la rue de Mons au pas d’une garde civique.

Maintenant que la fête est commencée,
Les cafés sont aux cent coups ;
Les pompes tirent à pleine volée,
Les cruchons ne durent pas longtemps.

Les verres ont mis leur blanc collier,
L’écume bave comme le feraient les chevaux
Sur la table, on choque les verres ici, là-bas,
Là-bas, ici, de tous côtés.

Il semblerait que de se savoir ainsi sans leur Patronne,
Pour ne pas se sentir si seuls, les Aclots cherchent à se rassembler ;
Nivelles sans sa sainte Gertrude, c’est une lessive sans savon,
C’est une fête sans carrousel, des bretelles sans pantalon,
Sans sa Patronne, notre vieux trou, recroquevillé dans sa niche,
Notre vieux trou de nos ancêtres, n’est plus notre trou de Nivelles...




(*) Anciennement au n°60, faubourg de Mons. Voir JEAN VANDENDRIES, Histoire des brasseries
nivelloises, éditions du Rif tout dju, numéro spécial n°386, novembre 1996.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire