lundi 6 octobre 2014

Willy Chaufoureau : extraits

    In tchfau pou ’l tokeû : Un cheval pour l’abatteur

     Après s’avwêr crèvé pou ’l profit d’in cinsî
     T’au long d’ès vikérîye à bouter sins lachî,
     Èl tchèvau dvènu vî, n’astant pus wére solid´,
     Al vile dèlé ’l tokeû, s’a vu min.né pal brid´.
  
Après s’être épuisé pour le profit d’un fermier
À travailler sans arrêt durant toute sa vie,
Le cheval devenu vieux, n’étant plus guère solide,
S’est vu mener par la bride à la ville chez l’abatteur.

   Què sârîz bin fé d’aute, quand ’l bièsse nè rapoûrte pus
   Què d’li foute ès tièsse dju ?
   On âroût bèle à dire què c’est rapoûrt à ’s n-âdje
   Qu’èle nè sét pus daler, qu’èle dèstchét su l’ouvrâdje !
   Waye, ç’astoût ’ne bièsse d’èstra,
   Mins vos nè l’viyîz nin m’dèmorer su les bras !
   I faut travayî fèl èt co s’doner dèl pin.ne
   Pou mèriter ’s n-avin.ne !

Que pourriez-vous faire d’autre, quand la bête ne rapporte plus
Que de lui couper la tête ?
On aurait beau dire que c’est à cause de son âge,
Qu’elle ne sait plus avancer, qu’elle dépérit sur l’ouvrage !
Oui, c’était une bête remarquable,
Mais vous ne la voyez pas me rester sur les bras !
Il faut travailler hardiment et encore se donner de la peine
Pour mériter son avoine !

  Vlà ’l vîye come èle est fète, disst-i no poûve bidèt,
  Quand vos n’astez pus boun pou mète à l’afilèt,
  On n’a pus dandjî d’vous, vos n’astez qu’ène èrtaye,
  Qu’on cache à foute à l’uch tout parèy´qu’in man´daye !

Voilà la vie comme elle est faite, dit notre pauvre bidet :
Quand vous n’êtes plus capable de conduire l’attelage,
On n’a plus besoin de vous, vous n’êtes plus qu’un débris
Qu’on essaye de mettre à la porte comme étant bon à rien !

Vos d’in riyîz vous autes ? Il est bin couyoné ?
Ès fârce-là coumarâde, èle pind padzou vo nez !
Quand vos sârez dju d’séve èyè boun pou l’ospice,
Radoteû, maléjèle, nè fèzant què d´z atchiss,
I n’a rin d’impossib´ qu’i d’âra qu’assayront
D’vos fé bwêre èl bouyon !

Vous en riez, vous autres ? Il est bien attrapé ?
Cette farce-là mon ami, elle vous pend au nez !
Quand vous serez épuisé et bon pour l’hospice,
Radoteur, difficile, ne faisant plus que du mauvais travail,
Il n’est pas impossible que certains essayeront
De vous supprimer !

Arbinchîz tant qu’vos vlez, mètez des liârds dè crèsse,
Djè n’oûzroûs nin vos dire què vos astez ’ne grosse bièsse,
Mins n’faut nin roubliyî, dèvant d’prinde vo palot,
Qu’on n’a jamés clatchî pou yun qui boute d’asto !

             Travaillez tant que vous voulez, épargnez de l’argent,
Je n’oserais pas vous dire que vous êtes un grand innocent,
Mais il ne faut jamais oublier, avant de prendre votre pelle,
Qu’on n’a jamais applaudi quelqu’un qui travaille d’arrache-pied.
                                                                                                     


                                                                                                          Willy Chaufoureau, 1957.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire