lundi 18 août 2014

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 18/08/2014

Mârdi 18 d’awouss 1914

In rèmou dins ’l vile. I parèt qu’il a d´z Uhlans qui ont sté vus du costé dè Gnape. Èl mayeûr
èy’èl majôr dmandont des omes pou fé des tranchéyes à Pangne-sètche dsu ’l pavéye d’Namur´.
C’est çu qu’on a lomé pus târd èl fort Bouzitche. Èl majôr chwèzit les tout mèyeûs tireûs dèl gârde civike pou dèsfinde ès bazâr-là.
Èl mayeûr fét afichî in avis du minisse dè l’Intérieûr qui rcoumande çu qu’i faut fé si d´z Allemands
vnont moustrer leû gèzitche dsu ’l tèritwêre dèl vile.

Agitation en ville. Il paraît que des Uhlans ont été vus du côté de Genappe. Le bourgmestre et le
major demandent des hommes pour faire des tranchées à Pangne-sètche sur la chaussée de Namur.
– C’est ce qui fut appelé plus tard le fort Bouzitche – Le major choisit pour cette défense les
meilleurs tireurs de la garde civique.
Le bourgmestre fait afficher un avis du ministre de l’Intérieur qui recommande l’attitude à prendre
si des Allemands venaient à se montrer sur le territoire de la ville.

samedi 9 août 2014

Cabaret à Tournai les bains ce dimanche 10 août à 16h

Royale Compagnie deu Cabaret Wallon Tournaisien
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
1



Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
La Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien donnera un cabaret exceptionnel ce dimanche 10 août à 16h à Tournai les bains en collaboration avec l'asbl Carnaval.
Venez donc goûter aux grands succès des chansonniers dans une ambiance de plage !
Ouvert à toutes et tous - entrée gratuite.
Plus d'infos sur www.tournailesbains.org
 

1
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !


Pour se désinscrire de "Queus nouvelles", renvoyez ce message avec la mention "Stop".
(nous ne diffusons pas notre fichier d'adresses email à des tiers)

L’inmèrdant c’est l’artrôse

Sur l’air de  L’important c’est la rose de Gilbert Bécaud.


In vos rlèvant au matin
Vos couminchîz vo calvêre
Pou vos mète vos pîds à têre
Ké toûrmint...
Surtout si ’l temps est candjant
Adon, aye ! vos rumatisses
C’est co pîre qu’in vré suplice              
Aye ! moman...

Refrain,                                               

L’inmèrdant, c’est l’artrôse
L’inmèrdant, c’est l’artrôse
L’inmèrdant, c’est l’artrôse
In vièyichant...
On a beau tout asprouver
Des cachèts yè des pilur´,
Des implâtes ou des pikûr´,
Sins èfèts...
Minme à Spa si vos dalez
Fé des bains ou des massâdjes,
Des rèyons, des patrouyâdjes,
Rin à fé... (au refrain)

Quand i faut nos abachî,
C’est pou tèstou ’l minme ranguène,
Tous costés les minmes problèmes,
Faut soufri...
Pourtant si par-cî par-là
Nos avons tous nos miséres,
I n’a poun d’avance à brére
Dins tout ça... (au refrain)

D’après un texte de Liliane Faes, 
Morlanwez-Carnières, novembre 1994.
(transmis par Mr Chapelle)

lundi 4 août 2014

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 04/08/2014

Mârdi 4 d’awouss 1914 

Les Allemands déclaront ’l guêre à la Belgique èy’à la France.
Les Chambes ès rèyunichont èyè lè rwè fét ’ne bèle arangue – On mèt les drapaus à les batimints dèl vile èyè les djins qui d’ont yun leû font prinde l’ér.
Èl gârde civike est dsu ârmes èyè couminche à fé des patrouyes. Ène compagnîye èsst´ invoyéye
à Braine-le-Comte pou gârder ’l tunèl. Is n’sont nin bin lodjîs èyè co pus mau noûris.
Èl mayeûr fét afichî in placârd pou incouradjî les djins èyè pou dmander à les chômeûrs d’ofri
leûs bras pou qu’les cinsîs fzonche l’awouss au pus râde.

Les Allemands déclarent la guerre à la Belgique et à la France.
Les Chambres se réunissent et le roi fait un beau discours. On arbore les drapeaux aux bâtiments
officiels et ceux qui en possèdent un leur font prendre l’air.
La garde civique est en armes et commence à patrouiller. Une compagnie est envoyée à Brainele-
Comte pour garder le tunnel. Ils ne sont pas bien logés et encore plus mal nourris.
Le bourgmestre fait apposer une affiche pour encourager les gens et pour demander aux chômeurs
d’aider les fermiers afin que ceux-ci terminent la moisson au plus vite.