samedi 25 octobre 2014

Nivelles en wallon

Pour revivre cette émission de "Wallons nous" qui parle notamment de Nivelles, il suffit d'ouvrir le lien ci-dessous :

http://www.rtbf.be/video/detail_wallons-nous?id=1965303

vendredi 24 octobre 2014

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 24 octobre 1914

Sèmdi 24 d’octôbe 1914 

Les Allemands vont vîr çu qu’il a dins d’aukeunès câves.
 Is vont ètou al Grande èglîje èyè wétont d’savwêr èyusk’on a rmîjî ’l châsse. On leû rèspond qu’on l’a imbarkî pou Anvers.

Les pèsses : Metz sâroût bin prins pa les Français èyè les Alliés sârine à Thielt èy’à Roulers.
Ène contrèmasse d’Aclots qui avine spité èl 20 d’awouss du costé d’Ostende èrvènont al vile.

Les Allemands vont voir ce qu’il y a dans certaines caves.
 Ils vont aussi à la collégiale et essayent de savoir où l’on a remisé la châsse. On leur répond qu’on l’a transportée à Anvers.

Les « pèsses » : Metz serait bien pris par les Français et les Alliés seraient à Thielt et à Roulers.
Un grand nombre d’Aclots qui avaient fuit le 20 août du côté d’Ostende reviennent en ville.

mercredi 22 octobre 2014

Nivelles sur la Trois !!! Wallons, nous

Collégiale Sainte-Gertrude - Tous droits réservés
Ce mercredi 22 octobre à 21h05 sur la Trois, suivez le guide en wallon à Nivelles, ville historique où les siècles ont laissé d'admirables traces. La vieille cité abbatiale offre aux visiteurs un véritable voyage dans le temps, du Moyen-âge à nos jours.
Cette visite se fait entièrement en wallon du brabant wallon, sous-titrée en français.
L’occasion d'y découvrir aussi La Confrérîye dèl Târte al Djote.

jeudi 9 octobre 2014

Les noces d'or c'est ce dimanche !!!


Aux Jubilaires

Paroles de Louis Botte, musique d’Ursmar Scohy.

Nivelles, pour les noces d’or du 29 mai 1924,
« Hommage respectueux à nos vieux ménages ».
Les auteurs.



MERCI MONSIEUR CHAPELLE...








Dins Nivèle, audjoûrdu, on tchante dèspû ’l matin ;
Minme les tout ptits èfants ont l’ér dè yèsse contints.
Wétîz tous les drapaus ! Wétîz les faussès poûrtes !
Wétîz tous les boukèts, les fleûrs dè toutes les soûrtes !
Tous les djins, les drapaus, les boukèts les pus bias,
C’est pour vous, mes bons vîs, c’est pour vous qu’is sont là !
C’est pour vous, mes bons vîs, c’est pour vous !
C’est pour vous qu’is sont là !
 *
Toute vo vîye, audjoûrdu,vos rpasse dèdins vo tièsse ;
Vos vos raplez inchène vos anéyes dè djounèsse
Yè ’l plézi qu’vos avîz du temps qu’vos frécantîz.
Mès ’l souvnir èl pus doûs qu’vos n’povez roubliyî,
N’a nin dandjî d’mè l’dire, djè l’sés t’aussi bin qu’vous !
C’est ’l djoû d’vo preumî bètche èl pus bia djoû pour vous !
C’est ’l djoû d’vo preumî bètche èl pus bia,
Èl pus bia djoû pour vous !
*
Du matin djusk’au nût, pou alver vo famîye,
Vos avez travayî sans jamé arèter.
Vos avez yeû souvint des tracas dins vo vîye,
Quand vos astîz malâdes ou qu’i faloût biner.
Mès quand on s’vwèt voltî, on roublîye ès maleûr,
Yè vos vos fzîz ram´mint ène brasséye d’in boun keûr !
Yè vos vos fzîz ram´mint ène brasséye,
Ène brasséye d’in boun keûr !
*
Audjoûrdu pon d’souci n’vint pus troubler vo vîye.
Vos stez là bin eûreû dlé vo gârçon, vo fîye.
Leû papa, leû maman, c’est leû bon Dieu dsu ’l têre !
Is n’savont nin què dire, què sondjî pou vos plére !
Vos stez ci come des rwès au mitan d’leûs palès
Éyè Nivèle, pour vous, audjoûrdu n’sét què fé !
Éyè Nivèle, pour vous, audjoûrdu !
Audjoûrdu n’sét què fé !
*
Djan, in waut d’ès clokî, a l’ér dè yèsse al fièsse ;
I vos rconèt tèrtou, vos stez ses vîs amis.
Wétîz qu’il est binéche, wétîz come i s’èrdrèsse !
C’èsst´ in bouneûr pour li dè vos vîr rèyunis.
Éy’ i l’a bin djuré, quand ’l cariyon sounra,
Èl tout preumî coup d’cloke, c’est pour vous qu’i l’tapra !
Èl tout preumî coup d’cloke, c’est pour vous !
C’est pour vous qu’i l’tapra !

Louis Botte

lundi 6 octobre 2014

Willy Chaufoureau : extraits

    In tchfau pou ’l tokeû : Un cheval pour l’abatteur

     Après s’avwêr crèvé pou ’l profit d’in cinsî
     T’au long d’ès vikérîye à bouter sins lachî,
     Èl tchèvau dvènu vî, n’astant pus wére solid´,
     Al vile dèlé ’l tokeû, s’a vu min.né pal brid´.
  
Après s’être épuisé pour le profit d’un fermier
À travailler sans arrêt durant toute sa vie,
Le cheval devenu vieux, n’étant plus guère solide,
S’est vu mener par la bride à la ville chez l’abatteur.

   Què sârîz bin fé d’aute, quand ’l bièsse nè rapoûrte pus
   Què d’li foute ès tièsse dju ?
   On âroût bèle à dire què c’est rapoûrt à ’s n-âdje
   Qu’èle nè sét pus daler, qu’èle dèstchét su l’ouvrâdje !
   Waye, ç’astoût ’ne bièsse d’èstra,
   Mins vos nè l’viyîz nin m’dèmorer su les bras !
   I faut travayî fèl èt co s’doner dèl pin.ne
   Pou mèriter ’s n-avin.ne !

Que pourriez-vous faire d’autre, quand la bête ne rapporte plus
Que de lui couper la tête ?
On aurait beau dire que c’est à cause de son âge,
Qu’elle ne sait plus avancer, qu’elle dépérit sur l’ouvrage !
Oui, c’était une bête remarquable,
Mais vous ne la voyez pas me rester sur les bras !
Il faut travailler hardiment et encore se donner de la peine
Pour mériter son avoine !

  Vlà ’l vîye come èle est fète, disst-i no poûve bidèt,
  Quand vos n’astez pus boun pou mète à l’afilèt,
  On n’a pus dandjî d’vous, vos n’astez qu’ène èrtaye,
  Qu’on cache à foute à l’uch tout parèy´qu’in man´daye !

Voilà la vie comme elle est faite, dit notre pauvre bidet :
Quand vous n’êtes plus capable de conduire l’attelage,
On n’a plus besoin de vous, vous n’êtes plus qu’un débris
Qu’on essaye de mettre à la porte comme étant bon à rien !

Vos d’in riyîz vous autes ? Il est bin couyoné ?
Ès fârce-là coumarâde, èle pind padzou vo nez !
Quand vos sârez dju d’séve èyè boun pou l’ospice,
Radoteû, maléjèle, nè fèzant què d´z atchiss,
I n’a rin d’impossib´ qu’i d’âra qu’assayront
D’vos fé bwêre èl bouyon !

Vous en riez, vous autres ? Il est bien attrapé ?
Cette farce-là mon ami, elle vous pend au nez !
Quand vous serez épuisé et bon pour l’hospice,
Radoteur, difficile, ne faisant plus que du mauvais travail,
Il n’est pas impossible que certains essayeront
De vous supprimer !

Arbinchîz tant qu’vos vlez, mètez des liârds dè crèsse,
Djè n’oûzroûs nin vos dire què vos astez ’ne grosse bièsse,
Mins n’faut nin roubliyî, dèvant d’prinde vo palot,
Qu’on n’a jamés clatchî pou yun qui boute d’asto !

             Travaillez tant que vous voulez, épargnez de l’argent,
Je n’oserais pas vous dire que vous êtes un grand innocent,
Mais il ne faut jamais oublier, avant de prendre votre pelle,
Qu’on n’a jamais applaudi quelqu’un qui travaille d’arrache-pied.
                                                                                                     


                                                                                                          Willy Chaufoureau, 1957.

jeudi 2 octobre 2014

Toûr Sainte Djèdru

Toûr Sainte Djèdru, extraits.
de Georges Edouard (1902-1972), prix du Brabant en 1933

… Èl Tchâr s’inva doûçmint, poûrtant les saintes èrlikes,
Pal rûwe dè Mon, qui compte pus d’djins qu’i n’a d’cayaus...

Èl Tchâr passe, satchî pa chî tchfaus dècorés,
Satchî pau régiment qui monte yè qui tatèle,
Poussé pau cu pa les « amen » des gros curés,
S’inva min.ner Madame fé ’l toûr d’ès vî Nivèle.

Madame Djèdru s’inva fé ’s toûr dè proprio,
Oskinéye, à bèrlondje dèssu ’s gros Tchâr dè tchin.ne ;
Dè chake costé du Tchâr, rèd´ come des bokès d’bo,
Des anjes fzont balancî ’ne cassrole, au dbout d’ène tchin.ne.

Sainte Bârbe, les promîs là s’mètont dsu les trotwêrs.
 Il a des djins paktés djusk’al Brassrîye Brulé
In cu-d’pôuyant leû bouche yè trin.nant leû solés,
Les vîs Fanfâres passont, skètant toudi ’l minme ér.

In coû qu’èl Tchâr est woute, dèmi-toûr pou ’l musike,
 In tamboûr qui likote, ène grosse késse qui stièrnit
Yè « Boum », skètant pou ’l cintième coû « Aclot Toudi »
Èle dèskind ’l rûwe dè Mon, à in pas d’garde civike.



Asteûr, qu’èl fièsse est couminchéye,
 Les cabarèts sonsst´ aus cint coups ;
Les pompes satchont à plin.ne voléye,
Les cruchons n’ durront nin biacoû.

Les vêres ont mins leû blanc colé,
 L’èscume fét des ratchons d’tchèvaus
Dsu ’l tâbe, o choke doûcî, lauvau,
Lauvau, doûcî, pa tous costés.

Vos dirîz qu’dè s’savwêr dinsi sans leû Patrone,
 Pou nin s’sinte si miérseûs, les Aclots s’èrcachont ;
Nivèle sans ’s sainte Djèdru, c’est ’ne buwéye sans savon,
C’èsst´ ène fièsse sans barkète, des bèrtèles sans marone.
Sans ’s Patrone, no vî trô, rakinkyî dins ’s potèle,
No vî trô d’nos tayons, n’est pus no trô d’Nivèle...

Tour de sainte Gertrude
Traduction qui s’écarte peu du texte wallon dont il est parfois difficile de rendre la
saveur et l’originalité en français.

... Le Char s’en va doucement, portant les saintes reliques,
Par la rue de Mons qui compte plus de gens que de pavés...

Le Char passe tiré par six chevaux décorés,
Tiré par un régiment qui monte et qui bavarde,
Poussé par-derrière par les « amen » des gros curés,
Il s’en va conduire Madame faire le tour de son vieux Nivelles.

Madame Gertrude s’en va faire le tour de son domaine,
Secouée, balancée sur le gros Char de chêne ;
De chaque côté du Char, raides comme des morceaux de bois,
Des anges font balancer une casserole au bout d’une chaîne.

Sainte Barbe : les premiers arrivés se placent sur les trottoirs.
Il y a des gens massés jusque la Brasserie Brulé (*),
En faisant une bouche en cul de poule et en traînant leurs chaussures,
Les vieux musiciens passent, jouant toujours le même air.

Une fois que le Char est parti, demi-tour pour la musique,
Un tambour qui hoquette, une grosse caisse qui éternue
Et « Boum », jouant pour la centième fois « Aclot Toudi »
Elle descend la rue de Mons au pas d’une garde civique.

Maintenant que la fête est commencée,
Les cafés sont aux cent coups ;
Les pompes tirent à pleine volée,
Les cruchons ne durent pas longtemps.

Les verres ont mis leur blanc collier,
L’écume bave comme le feraient les chevaux
Sur la table, on choque les verres ici, là-bas,
Là-bas, ici, de tous côtés.

Il semblerait que de se savoir ainsi sans leur Patronne,
Pour ne pas se sentir si seuls, les Aclots cherchent à se rassembler ;
Nivelles sans sa sainte Gertrude, c’est une lessive sans savon,
C’est une fête sans carrousel, des bretelles sans pantalon,
Sans sa Patronne, notre vieux trou, recroquevillé dans sa niche,
Notre vieux trou de nos ancêtres, n’est plus notre trou de Nivelles...




(*) Anciennement au n°60, faubourg de Mons. Voir JEAN VANDENDRIES, Histoire des brasseries
nivelloises, éditions du Rif tout dju, numéro spécial n°386, novembre 1996.