mardi 18 novembre 2014

Nouvèlès clokes de Willy Chaufoureau

Nouvèlès clokes
Ça fét pus d’karante ans qu’il a dmeuré à djoke,
Mouya, tout indoûrmi, rakinkyî tout pèneû...
Mins ’l martchi s’raguéyi, èl clokî moûrt s’èskeût
Yè fét chîler dins l’ér èl rapèl dè ses clokes.

Èles sont là, toutès nieufes, èrtapéyes pau fondeû
Qu’a rguèri leûs cwachur´, rabistokî les pokes
Qu’èles avine induré rapoûrt à les arnokes
Qui les ont dèsbrîjî dèspû ’l temps qu’èles ont tcheû.

Les pidjons t’alintoûr yè les tchafaus putète
Èrvéront fé leû nid, bin n-au rcwè, à l’èsté,
Bèrcîs pau cariyon, asteûr al fine coupète.

No Djan-Djan su ’s tourète fèrtîyra d’malisté
Yè ’s bouneûr èrtrouvé, i m’invoyra ’ne clignète,
Si bin qu’èm keûr d’Aclot toktèyra d’binéchté.

Willy Chaufoureau, 1980.

Nouvelles cloches
Cela fait plus de quarante ans qu’il est resté inactif,
Muet, tout endormi, recroquevillé tout penaud...
Mais le Marché rajeunit, le clocher mort ressuscite
Et fait résonner dans l’air la musique de ses cloches.

Elles sont là, toutes neuves, retapées par le fondeur
Qui a soigné leurs blessures, réparé les coups
Qu’elles avaient endurés suite à tous les malheurs
Qui les avaient endommagées depuis qu’elles étaient tombées.
Les pigeons des alentours et les hiboux peut-être
Reviendront faire leur nid, l’été, bien à l’abri,
Bercés par le carillon, maintenant au sommet.

Notre Djan-Djan sur sa tourelle frétillera de malice
Et son bonheur retrouvé, il me fera un clin d’oeil,

Si bien que mon coeur d’Aclot battra de contentement.

jeudi 13 novembre 2014

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 13 novembre 1914

Vérdi 13 dè novembe 1914 



Ène vréye guêre à patates audjoûrdu au rapoûrt au tchèrbon.
Ène binde dè chômeûrs s’èva dèvant ’l Palais d’Justice èyè vont s’plinde au coumandant qu’on n’leû done rin pou leû rtchaufer.
´L coumandant les invoye pourmèner èyè leu z-ordone dè s’inraler
à leûs mézos.
On anonce què l´z Allemands ont prins Dixmude, mès qu’il ont dvu spiter èvoye dè Lille.

Bagarre aujourd’hui au sujet du charbon.
Plusieurs chômeurs vont devant le Palais de Justice et vont se plaindre au commandant de ce qu’on ne leur donne rien pour se chauffer.
Le commandant les envoie promener et leur ordonne de retourner chez eux.
On annonce que les Allemands ont pris Dixmude, mais qu’ils ont dû décamper de Lille.