mercredi 24 juin 2015

Djun de Franz Dewandelaer

 

Djun... mwè d’St Fortuné, patron des cyins qu’ont ’l satche,
Mwè d’St Médard, patron des marchands d’parapwî.
I couminche à fé tchaud (kédfwè), on va nadjî...
Mwè des motes, mwè du strin, du toubak à dalatche.

« Au mwè d’Djun, on pût kédfwè rmète
» Ses édredons al fine coupète ».

« Tounwêre du mwè d’Djun fét flori
» Tout ç’qu’est sul bascule pou mori ».

« In Djun, quand les baudèts bèrlondjont leûs orèyes,
» I pieúra dins ’l solèy´».



« S’i pieút yè si lût,
» Les soûrcières dansront à Fèlû ».

« Èl twès d’Djun
» Mèt tout ’l mwè au minme pwint ».

« Si ’l sèt´ dè Djun ’l solèy´n’s’a nin moustré
» C’est monvé pou ç’qu’on a smé ».

« Quand i pieút au Sint-Médard
» I pieút karante djoûs pus târd,
» Mins St Barnabé
» Li skète souvint ’s nez ».


« St Médard, grand pichârd
» Fét bwêre èl poûve come èl richârd ».

« Quand i pieút al Sint-Médard
» L’awouss diminûwe d’in kârt ».
1
« Quand i n’pieút nin à Barnabé
» St Médard a ’l chuflot coupé ».

« St Médard fét noyî,
» St Djan n’fét qu’èrmouyî ».

« Èl marone St Médard
» C’est St Barnabé
» Qui l’a rboutoné ».

« Al Sint-Barnabé,
» S’i pieút à gros bouyons
» I pieura chî smin.nes dè long ».

« Èl pus long djoû d’l’èsté
» C’est ’l djoû d’Sint-Barnabé ».

« Èl cyin qui sème èl djoû d’Sint-Barnabé
» N’sét nin çu qu’i fét ».

« Intrè Maubeuge èy’èl Pint´coute
» – Yè dsu ’l visâtche des buveûs d’goute –
» Al Pint´coute,
» Il a des fréjes à coute ».

« Al Sint-Djan
» Les fréjes coudants,
» Al Sint-Pière
» Les fréjes al têre,
» Au Vènèré
» I d’a tout grimé,
» Au Vènèrâbe
» Èles sonsst´au diâbe ».

2

Dj’ai vu ’n pètite bièsse à bon Dieú,
Èle astoût ovale come in yeú
Qu’âroût sté routche,
In yeú d’Pâke qu’èl pètit Jésus
Âroût spité tant yè co pus
Dè nwêrès moutches...

Avè ’s coûrp tout machuré d’îs,
Èle astoût su ’n feuye dè fréjî,
Èl coccinèle,
Yè ’l feuye, dins ’l brîje ès bèrlondjoût
Su ’l temps qu’èl bièsse ès palantoût
Come ène mamzèle.

D’li z-ai doné ’m dwègt, t’à n-in coûp,
Pou qu’èle monte su ’m main pa ’s dèbout
Qui poûrte in onke,
Mins st-à peine si d’l’ai yeû dins ’l main,
Èle èsst´ èvoye cachî sk’à dmain
Après ’s mononke...
Èl bièsse à bon Dieú poûrte bouneûr,
Djè l’savoûs, ’s coû-cî d’d’in sûs seûr,
Djè l’dis sans jin.ne,
Asteûr, quand d’sins ’l dèsbine vèni,
D’vas trouver ’l chance au long... dinsi
D’n’ai pus d’peines.
Dj’ai vu ’n pètite bièsse à bon Dieú
Èle astoût ovale come in yeú
Qu’âroût sté routche,
In yeú d’Pâke qu’èl pètit Jésus
Âroût spité tant yè co pus
Dè nwêrès moutches...

3

C’est l’èsté, ’n procèssion florit intrè deûs draches...

Des sangn´ dè toutes les cougnes su des skines dè nèkieûs,
Des curés bin rouzlants qu’ont des panses dè concièrches,
Des corâles qui tchantont pus fau qu’l’âme d’in pèneû,
Des avièrches, su des spales d’avièrches, qu’ont sté
d´z avièrches...

C’est l’èsté, ’n procession florit intrè deûs draches
C’est l’èsté... Il a d´z arc-en-ciel dèdins les flaches...

Yè quand ’l mwè d’Djun est oute, on s’dit :

« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».

T’au long du mwè d’Djun c’est dinsi...

Minme èl solèy´ nos a minti.

Franz Dewandelaer,
Nivelles 1946.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire