mercredi 8 juillet 2015

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 12 juillet 1915

Lundi 12 dè julète 1915

Les nouvèles sont bounes, au prome du costé des Russes qui ont l’ér de voulwêr prinde leû rvinche.
Au nût´, èl rûwe d’Namur astoût cu dzeûr cu dzou au rapoûrt à kékes sintinèles qui montine èl
garde avè des lantèrnes dèlé ’l cwin d’l’Èsplanâde.
Come toudi, quand il a ’n sakè dè strazourdinére qui s’passe, les tièsses travayine èyè on racontoût
qu’mes omes astine là plantés pask’ène automobile avè des Français dvoût passer. Il ont là dmèré
toute èl nût´ èyè i n’a nin in tcha qu’a vnu tchér dins leûs grawes.


Les nouvelles sont bonnes, en premier lieu pour les Russes qui semblent vouloir prendre leur
revanche.
De la nuit, la rue de Namur était en agitation au vu de quelques sentinelles qui montaient la garde
avec des lanternes au coin de l’Èsplanade. 

Comme toujours, quand quelque chose d’inhabituel se passe, les cerveaux travaillent et on disait que ces soldats étaient plantés là parce qu’une auto avec des Français devait passer. Ils sont restés toute la nuit et personne n’est venu tomber dans leurs griffes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire