lundi 14 septembre 2015

Bouquèt féminin walon : introduction : UNE NOUVELLE SÉRIE À DÉCOUVRIR !!!

Introduction à la série « Bouquèt féminin walon »  

Les poétesses qui s’expriment en wallon sont moins nombreuses et moins connues que leurs homologues masculins.
Ce florilège dédié à ces quelques dames permettra de faire leur connaissance grâce à une courte présentation de chacune (quand c’est possible) et grâce aussi à un ou plusieurs extraits représentatifs de leur talent.
Ce « Bouquèt féminin walon » propose une découverte de textes poétiques choisis.  Certains poèmes sont issus d’un ouvrage complet de l’auteur, d’autres figurent dans une anthologie ou une revue wallonne.
Toutes les sources (livres, revues et sites) qui ont permis d’étoffer ce bouquet dialectal seront précisées au fur et à mesure des portraits esquissés.

    

           
                                                                            
Avant-propos :

D’abord un brin d’histoire avec un parfum de poésie du début du 20e siècle.
Pour commencer cette étude dédiée aux poétesses, je vais rendre hommage au roi des anthologies wallonnes, j’ai nommé Oscar Lacroix.  Né en 1887, il publia des poésies, des chansons, des saynètes mais aussi des anthologies dédiées aux poètes morts pour la patrie. Il n’oublia pas les dames-auteurs wallons réunies dans  Bouquet féminin (1929), titre dont s’inspire ma série et dont voici la préface :

                                                                                             
« L’auteur de cette anthologie a bien fait de cueillir et nouer ce Bouquet féminin. (Anthologie, florilège, choix de fleurs, en grec, en latin, en français, ces mots disent la même chose). 
Un bouquet, dans une chambre, met une tache de couleur et de joie : il n’est pas seulement beau, il est de bon conseil.  Il suggère de descendre au jardin, de voir dans leur domaine les sœurs des fleurs exilées : il fait penser à en cueillir, peut-être, encore, à en cultiver.
Et toutes ont même vertu, fleurs des champs, des parcs ou des serres ; sauf celles, toutefois, qui derrière des vitres ou sur une épaule, évoquent le luxe et le plaisir…
Oscar Lacroix, donc, a bien fait d’assembler ces poèmes wallons, écrits par des femmes.
Il en est de valeur très diverses et lui-même ne le cèle point.  Mais son recueil rendra service aux historiens, voire même aux curieux de notre littérature dialectale.
Il encouragera les poétesses, les chansonnières, trop peu nombreuses en notre Wallonie ;
Peut-être, il suscitera des vocations.  Louons-le donc de ce nouveau travail, mené à bonne fin pour l’honneur de nos lettres patoisantes.
Comme on prend une fleur dans un bouquet, je voudrais qu’un de ces poèmes lui fut dédié, pour en fleurir sa boutonnière »
                        Julien Flament  (homme de lettres) 


Pour illustrer ces propos un peu désuets,  j’ai choisi quelques vers de Madame Emma Meunier (épouse de Félicien Molle, auteur wallon)  née à Luttre,  le 17 septembre 1879.
Elle manie son patois hennuyer avec une certaine virtuosité.
                                  
               

                                                                                                        p. 28 de l'anthologie
Ouvrage cité :
Bouquet féminin : essais anthologiques / Oscar Lacroix
Bressoux : M. Ferauche impr. , 1929

(Fonds dialectal de la Bibliothèque Publique Centrale du Brabant Wallon)







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire