mardi 1 septembre 2015

Sètembe de Franz Dewandelaer

Sètembe

Sètembe, mwès des dragons, mwès dèl pieufe, des nojètes...
On fène tant qu’èl solèy´ lût co,
On djoûwe à guîyes, au fièr, on mindje des mourmoulètes,
Les uréyes sont spitéyes dè meûrons... yè d’bèdos.

« Au Sint-Michel
» S’invont les hirondelles
» Au Sint-Michel
» Èl tchaleûr monte au cièl ».

« Al Sint-Mitchi
» On mèt les nojètes au plantchî ».

« Anéye dè nojètes
» Anéyes dè bastârds ».

« Au Sint-Mathieu
» Tout toûne à leúp ».

« Al ducasse dè Bournivau,
» L’uviêr èsst´ au trau ».

Dins ’s fonteuy´ vo moman ronfèye,
Passons padvant ièle sul pwinte dè nos pîds
Dèwoûr, asteûr, i fét solèy´
Yè les feuyes sont d’l’oûr sul pwèrî.

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte...

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte
Les odeûrs du sèyu...

Léchîz-vous fé ? Poukè ’n balaye ?
Mes dwègts, jamé, n’voûrons dmorer chômeûrs,
Èm bras a sté fét pou vo taye
Vos lèpes c’est des bigaraus meûrs...
Donîz-m’ in bètche... c’est wére dè choûze...
Co yun ? Dîch´... ? ça n’est nin co branmin...
Donîz-m’ vo coeûr, vo coûrp, vo roûze,
Djè djur´ què... d’vos l´zè rindrai dmain.

Mins, t’à n-in coup, vlà qu’djè m’rinvèye,
Ç’astoût dins ’m rèfe què d’ramadjoûs tout ça,
Dèwoûr, asteûr, i fét solèy´
I n’manke pus qu’vous pou qu’i fasse bia...

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte...
Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte
Les odeûrs du sèyu...

Sètembe. I n’pieút nin pus qu’in aute mwès pus frèche
Dins l’armonak, dins ’s coeûr, on sint ’l campagne dèstchér´
Les swèréyes dèvnont longues, les feumes coustont pus tchèr´
Èles moustront mwins d’cî, d’ça... mins s’on n’vwèt pus leû chair
C’est n’est rin què dsu ’l rûwe. Ayeûr, èles sont mwins rèches
Èl campagne s’inva d’djà, mes djins... Co toudi ’l fwêre.

Yè quand Sètembe est voye, on s’dit :

« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».

T’au long d’Sètembe, ça va dinsi.

Yè minme nos rèfes nos ont minti.


               Franz Dewandelaer, de son recueil Carnèvâl.

 (Merci Monsieur Chapelle)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire