lundi 5 octobre 2015

Octôbe de Franz Dewandelaer

Octôbe
Les barakes sonsst´ in rang pou vîr passer les djins,
On vind des bouns nougats t’aussi tchèr qu’ène consyince,
Dins les gayoles, il a des sindjes pus bias qu’des djins
C’est ’l fwêre... i pieút à rlaye... c’èsst´ in vré temps d’dimince.
« L’uviêr est co long
» Quand al Sinte-Thérèse, i fét bon ».
« Au Sint-Simon
» Ène mouche vaut in mouton ».
Èyè ’l Toûr Ste Djèdru fét ’s toûr à l’ourdinére
Au trèviè des pachis yè des tchamps rabourés,
Èl tchâr, kèrtchî dèl châsse, balote, satchî, poûssé
Avè de tchfaus padvant yè des baudèts padière.



Vlà ’l cavalrîye dè Ste Djèdru
(D’après ’n vièye tchanson)
Qui trote autoûr dèl châsse
Yè qu’on align´ra come on pût...
S’is volont tni leû place.
Pou d’djuner d’cwès bin qu’is l’gârdront.






La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Is n’sont nin voye dè leû mézo
Sans mète leû boune achnur´
In blanc plumèt, in sâpe dè bo,
Ça done ène fière alur´.
Pou ’l parâde, c’èsst´ in boun scadron.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.

In vî lièfe, in djoû, par afront,
Leû fzoût ’s pus léde grimace,
Vlà qu’is couront dsu, qu’is l’sâbront
Pou l’puni d’ès n-audace.
I nè l’fra pus, d’vos d’in rèsponds.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Au Tchin.ne, quand is sonsst´ arivés,
Is vont dwèt à leû posse.
Les langues dè bieú, les ptits pâtés
Diront bin à leû bosse.
Faut les vîr djouwer du minton.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Après leû din.ner, ç’n’est nin tout,
Is s’èrmètont in file,
À Grand Peine, on bwèt co in coû
Adon on rinte al vile.
I faut pou ça dèl dévôcion.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.

T’au long d’l’anéye, dins les Aclots
D’a des cyins qui fzont ’l fèl,
Mins qu’il arife si ptit racro
Is vont tout d’chûte à sèle.
C’est des saudârds dè procèssion.
La faridondaine, la faridondon,
I d’a tout spè come ça par cî,
Biribi.
Vos d’in counichîz, vous come mi, mes amis.

Yè quand Octôbe est oute, on s’dit :
« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».
T’au long d’Octôbe, ça va dinsi.
Minme les saudârds nos ont minti.

Franz Dewandelaer, Nivelles 1946.

envoyé par Monsieur Chapelle, Merci !!!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire