mercredi 24 juin 2015

Djun de Franz Dewandelaer

 

Djun... mwè d’St Fortuné, patron des cyins qu’ont ’l satche,
Mwè d’St Médard, patron des marchands d’parapwî.
I couminche à fé tchaud (kédfwè), on va nadjî...
Mwè des motes, mwè du strin, du toubak à dalatche.

« Au mwè d’Djun, on pût kédfwè rmète
» Ses édredons al fine coupète ».

« Tounwêre du mwè d’Djun fét flori
» Tout ç’qu’est sul bascule pou mori ».

« In Djun, quand les baudèts bèrlondjont leûs orèyes,
» I pieúra dins ’l solèy´».



« S’i pieút yè si lût,
» Les soûrcières dansront à Fèlû ».

« Èl twès d’Djun
» Mèt tout ’l mwè au minme pwint ».

« Si ’l sèt´ dè Djun ’l solèy´n’s’a nin moustré
» C’est monvé pou ç’qu’on a smé ».

« Quand i pieút au Sint-Médard
» I pieút karante djoûs pus târd,
» Mins St Barnabé
» Li skète souvint ’s nez ».


« St Médard, grand pichârd
» Fét bwêre èl poûve come èl richârd ».

« Quand i pieút al Sint-Médard
» L’awouss diminûwe d’in kârt ».
1
« Quand i n’pieút nin à Barnabé
» St Médard a ’l chuflot coupé ».

« St Médard fét noyî,
» St Djan n’fét qu’èrmouyî ».

« Èl marone St Médard
» C’est St Barnabé
» Qui l’a rboutoné ».

« Al Sint-Barnabé,
» S’i pieút à gros bouyons
» I pieura chî smin.nes dè long ».

« Èl pus long djoû d’l’èsté
» C’est ’l djoû d’Sint-Barnabé ».

« Èl cyin qui sème èl djoû d’Sint-Barnabé
» N’sét nin çu qu’i fét ».

« Intrè Maubeuge èy’èl Pint´coute
» – Yè dsu ’l visâtche des buveûs d’goute –
» Al Pint´coute,
» Il a des fréjes à coute ».

« Al Sint-Djan
» Les fréjes coudants,
» Al Sint-Pière
» Les fréjes al têre,
» Au Vènèré
» I d’a tout grimé,
» Au Vènèrâbe
» Èles sonsst´au diâbe ».

2

Dj’ai vu ’n pètite bièsse à bon Dieú,
Èle astoût ovale come in yeú
Qu’âroût sté routche,
In yeú d’Pâke qu’èl pètit Jésus
Âroût spité tant yè co pus
Dè nwêrès moutches...

Avè ’s coûrp tout machuré d’îs,
Èle astoût su ’n feuye dè fréjî,
Èl coccinèle,
Yè ’l feuye, dins ’l brîje ès bèrlondjoût
Su ’l temps qu’èl bièsse ès palantoût
Come ène mamzèle.

D’li z-ai doné ’m dwègt, t’à n-in coûp,
Pou qu’èle monte su ’m main pa ’s dèbout
Qui poûrte in onke,
Mins st-à peine si d’l’ai yeû dins ’l main,
Èle èsst´ èvoye cachî sk’à dmain
Après ’s mononke...
Èl bièsse à bon Dieú poûrte bouneûr,
Djè l’savoûs, ’s coû-cî d’d’in sûs seûr,
Djè l’dis sans jin.ne,
Asteûr, quand d’sins ’l dèsbine vèni,
D’vas trouver ’l chance au long... dinsi
D’n’ai pus d’peines.
Dj’ai vu ’n pètite bièsse à bon Dieú
Èle astoût ovale come in yeú
Qu’âroût sté routche,
In yeú d’Pâke qu’èl pètit Jésus
Âroût spité tant yè co pus
Dè nwêrès moutches...

3

C’est l’èsté, ’n procèssion florit intrè deûs draches...

Des sangn´ dè toutes les cougnes su des skines dè nèkieûs,
Des curés bin rouzlants qu’ont des panses dè concièrches,
Des corâles qui tchantont pus fau qu’l’âme d’in pèneû,
Des avièrches, su des spales d’avièrches, qu’ont sté
d´z avièrches...

C’est l’èsté, ’n procession florit intrè deûs draches
C’est l’èsté... Il a d´z arc-en-ciel dèdins les flaches...

Yè quand ’l mwè d’Djun est oute, on s’dit :

« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».

T’au long du mwè d’Djun c’est dinsi...

Minme èl solèy´ nos a minti.

Franz Dewandelaer,
Nivelles 1946.


mardi 9 juin 2015

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : Vendredi 18 juin 1915



Vérdi 18 dè jun 1915

Il a cint ans, ç’astoût ’l djoû dèl bataye dè Waterloo. Èl canon rouloût fèrme èyè cî al vile ç’astoût in dalâdje dè tous les diâles. Les omes, les feumes, les èfants courine t’au long dèl route dè Bruxelles pou vîr ène miyète dè d’lon çu qui s’passoût èyè, inviè ’l nût´, cî èyè dins l´z environs, ç’astoût ’n débandade dè saudârds à pîds èy’à tchfaus qui pètine èvoye pou wétî dè rgangnî leû payi.

Napoléon stoût dju. Doûcî èy’aute pârt, fét-à-fét qu’èl nouvèle dèl dèchoule arivoût, on sintoût come in pwèd qui tchèyoût dju du stoumak. Nos batayons, qui daline èrvikî, n’povine mau d’sondjî què cint ans après, tout près tous les payis d’l’Europe èyè minme d´z autès contréyes in dèwoûrs sè rlèvrine conte in aute ome qui âroût volu fé pîre què l’empereur des Français èyè spotchî tout ’l monde padzou ’s talon.

Les Belges d’adon, qui avine doné in coup d’èspale à les Alliés, avine bin yeû d´z arméyes qui stine vènûwes camper dins leû payi, il avine bin dvu les lodjî èyè les nouri, mès is n’avine nin yeû des viles èyè des vilâdjes rasés qui n’d’in dmeur´ pus ni fripe ni frape ; i n’avoût nin yeû des monchas d’inocints fuziyîs, i n’avoût poun d’feume qu’avoût sté afrontéye ou foûrcéye èyè on n’avoût nin  vu des èfants tuwés au pîds d’leûs parints pa des saudârds qui rchènont pus à des tîgues qu’à des omes.


Il y a cent ans, c’était le jour de la bataille de Waterloo. Le canon roulait ferme et en ville, c’était un remue-ménage invraisemblable. Les femmes, les hommes, les enfants couraient tout le long de la chaussée de Bruxelles pour essayer d’apercevoir de loin ce qui se passait. Le soir tombant, ici et dans les alentours, ce fut une débandade de soldats, à pied et à cheval qui s’enfuyaient pour essayer de regagner leur pays.

Napoléon était battu. Partout, au fur et à mesure que la nouvelle de la défaite arrivait, on sentait comme un soulagement. Nos bataillons, qui allaient ressusciter, étaient loin de penser que cent ans après, la plupart de tous les pays d’Europe et même d’autres régions plus éloignées se redresseraient contre un autre homme qui avait voulu faire pire que l’empereur des Français en voulant écraser le monde sous son talon.


Les Belges à cette époque, qui avaient aidé les Alliés, avaient bien entendu eu des armées qui étaient venues camper dans le pays, elles avaient dû se loger et se nourrir, mais il n’y avait pas eu des villes et des villages rasés au point qu’il n’en restait que des ruines ; il n’y avait pas eu des tas d’innocents fusillés, des femmes outragées ou violées, des enfants tués aux pieds de leurs parents par des soldats qui ressemblaient plus à des tigres qu’à des hommes.

lundi 1 juin 2015

Projection unique du film "Le bout de la langue" mercredi 17 juin à 20:00.




Xavier Istasse signe un plaidoyer vibrant pour la langue wallonne. À la nostalgie plaintive et à la sévérité de la
dialectologie, il a préféré filmer le chant, l’éclat, la saveur d’une langue toujours enfouie dans notre ADN
Le wallon est une langue à part entière. Elle se chante, se lit, se conjugue, s’écrit. Et le film de mettre en avant ceux qui la pratiquent couramment. En plus du cadre scolaire avec ses cabarets et ses récitations de poésie, on découvre cette langue populaire toujours vivace dans certains cafés, dans les foyers de nos aînés. Et puis il y a l’enthousiasme débordant de certains passionnés. Les interventions des spécialistes (écrivains, philologues, chanteurs, comédiens…) sont sobres et pertinentes.
Le film va-t-il secouer des consciences politiques, favoriser une dynamique de défense de la langue?
Difficile de répondre à cette question. Mais le film risque de réveiller toute cette culture, ce rapport au monde dans lequel nous avons baigné durant notre enfance.
PROJECTION UNIQUE en présence de Xavier Istasse, réalisateur, Jacques Warnier, spécialiste du wallon et des protagonistes du documentaire

INFOS
Maison de la Culture - Avenue Golenvaux, 14 - Namur
Tarif unique: 5€ - préventes disponibles au Quai 22

www.lecameo.be   
081/ 77 67 73