samedi 15 août 2015

Awouss de Franz Dewandelaer

« Roûzée in Avri èyè Mai
» Fèzont Awouss yè sètembe gais ».
« Èl cyin qui s’marîye in Août
» N’marîye rin du tout ».

Awouss... on fauke les spis quand on n’fauke nin les omes,
I fét routche dè colaus, bleû d’ bleuwèts, ’l paye est d’oûr...
On s’fét rosti – pacoû – intrè deûs fièfes d’amoûr,
Yè les mèchneûs vont scrèper ’n djârbe intrè deûs somes...
Awouss... vacances va vni... èscole est moûrt...
Awouss, c’est ’l rindicion des prix dins les èscoles...
« Vive les vacances
» À bas les pénitences,
» Les cahiers dins ’l feú
» Èy’èl mésse avè ».
Vènez... intrè les steûles ène pièsinte ès dèscrole...
– St Roch èn´ va jamé sans ’s tchin –

Vènez, nos dirons nos rbètchî...
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les èstwèles
Quand on les sût à deûs, bras dsu, bras dsou,
Quand les colaus yè les flotches dè trinèles
S’racontont çu què vos fzîz, ièle èt vous...
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les èstwèles
Quand ’l bèle vint vîr yuskè vont les marous,
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les èstwèles
Quand on les sût à deûs, bras dsu, bras dsou.
Toutes les pièsintes min.nont djusk’au solèy´
Quand on s’bètchote, pus souvint qu’les mouchons,
Quand ’l blé bèrlontche pask’èl brîje èl cakèye
Quand vos riyîz, paskè nos nos cakyons,
Toutes les pièsintes min.nont djusk’au solèy´,
Quand d’sins vo cœûr, padzou ’m main, qui fét rbond
Toutes les pièsintes min.nont djusk’au solèy´
Quand on s’bètchote, pus souvint qu’les mouchons.
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les nuwéyes
Quand on les sût, yun dvant l’aute in s’grougnant
Quand les crapauds dnont bal dins les uréyes
Yè qu’les pourchas ramadjont dins leû ran,
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les nuwéyes
Quand les pèts d’chats dèvnont des pèts d’jèyants,
Toutes les pièsintes min.nont sk’à les nuwéyes
Quand on les sût, yun dvant l’aute in s’grougnant.

Mins dmeurone-cî, poukè fé, des pièsintes ?
C’est dsu ’l gazon qu’on sét ’l mieú s’èrbètchî.
Vos tchfeûs, c’èsst´ in tchamp viè l’awouss
Vos machèles, in pun meûr
Vos mains, l’apât d’vo cœûr
Djè pûs vîr tout ç’qu’èm rèfe èm mousse
Djè vwès tout yè co pus
Pourtant, djè l’ai bin vu.
Pou vos bias îs, ’l bon Dieú fét les roûzes
Pou vos bias îs, l’ètang bleû s’èrpoûze
Èl ri cour´ au trèviè des prés
Dins les trinèles yè dins les blés
Pou vos bias îs, les bos sonsst´ in fièsse
Pou vos bias îs, tout n’est qu’ène carèsse
Pou vos bias îs, ’l tchèmin zigzonzèsse
Pou ’l doûceûr dè vos îs.
Quand d’vos ravisse, djè vos dèsbîye,
On n’sâroût rin muchî

Au cyin qui vwèt voltî,
Dj’ai pourtant d’l’afront dvant les fîyes,
Mins quand djè vwès vos îs
Djè m’sins vrémint tout ptit.
Vos îs yè les miens sont les minmes,
Nos d’avons dandjereû
Pour nous qu’in cœûr tout seû,
Vos m’viyîz voltî quand d’vos inme
Yè si ’l cièl est si bleû
C’est qu’nos l’wétons nous deûs.
Pou vos bias îs, ’l bon Dieú fét les roûzes
Pou vos bias îs, l’ètang bleû s’èrpoûze
Èl ri cour´ au trèviè des prés
Dins les trinèles yè dins les blés
Pou vos bias îs, les bos sonsst´ in fièsse
Pou vos bias îs, tout n’est qu’ène carèsse
Pou vos bias îs, ’l tchèmin zigzonzèsse
Pou ’l doûceûr dè vos îs.

Yè quand l’Awouss est voye, on s’dit :
« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».
T’au long d’l’Awouss ça va dinsi...
Minme les tchèréyes nos ont minti.

Franz Dewandelaer,

(extrait de son recueil « Carnèvâl », 1936.)

Merci Monsieur Chapelle !!!

lundi 3 août 2015

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 3 août 1915



Mârdi 3 d’awouss 1915 

Il a in an : Ké bazâr dins ’l payi quand on a seû tout timpe au matin qu’les Allemands nos mètine poûce dèssu goûrdje pou yeûss passer par cî.
Ètou, i faloût vîr les visâdjes des djins. Is grincine leûs dints, leûs pougn´ s’èrsèrine dins leûs poches, mès on n’astoût nin abatu. Èl colére a fini pa nos monter al tièsse èyè dins d’aukeunès viles, les Allemands qui stine vènus cî s’incrachî s’d’ont rsintu ’l coup d’in démon. On leû z-a dbrijî leûs barakes èyè skèté leûs pifots.
Doûcî al vile, on sintoût ’l maleûr qui daloût nos tchér dsu les spales èyè, à tous les cwins des rûwes, il avoût des bindes dè djins qui dvizine dsu ç’qui daloût ariver. On n’povoût nin sondjî à résister lonmin avè no n-armée, mès on avoût du spwêr qu’les Français èyè l´z Anglais vérine bin râde nos dner in coup d’main. Dins tous les cwins, on foûrdjoût des plans d’campagne èy’il avoût tout spès d’jènèrâls qui splikine leû n-idéye. Les oficiers d’gârde civike astine dsu des tchaudès bréjes, n’ratindant qu’èl moumint d’moustrer à les cyins qui s’avine foutu d’yeûss, qu’is stine des gayârds d’asto prèsses à fé des cascognètes avè ’l promî Allemand qui âroût passé ’s gèzitche à les limites dèl vile.


Il y a un an : Quel branle-bas chez nous quand on apprit très tôt que les Allemands nous obligeaient à les laisser passer dans le pays.
Aussi, il fallait voir la figure des gens. Ils grinçaient des dents, leurs poings se serraient dans leurs poches. Mais on était loin d’être abattu. La colère a fini par nous monter à la tête et dans certaines villes, les Allemands qui étaient venus chez nous faire fortune s’en sont ressentis sérieusement. On a saccagé leurs maisons et brisé tous leurs meubles.
 Ici, à Nivelles, on prévoyait le malheur qui allait nous tomber dessus et, à tous les coins de rue, il y avait des groupes qui débattaient sur ce qui allait arriver. On ne pouvait pas penser résister longtemps avec notre armée, mais on espérait que les Français et les Anglais viendraient bien vite nous aider. Partout, on forgeait des plans de campagne et il y avait un tas de généraux qui expliquaient leurs plans. Les officiers de la garde civique étaient sur des braises brûlantes, n’attendant que le moment de montrer à tous ceux qui s’étaient moqués d’eux qu’ils étaient des gaillards prêts à abattre le premier Allemand qui montrerait le bout de son nez aux portes de la ville.