mardi 22 septembre 2015

Diminche 20 sétimpe, Cabaret à l'hôtel de ville

Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !
1



Bonjour mes gins,
Ch'est fiête au Cabaret ! Diminche qui vient, l'vingt sétimpe à dix heures à l'hôtel de ville, l' Cabaret i vous invite à n'eine séance espéciale ! Bin seûr, i-ara ein p'tit meot d' binv'nue et l'ormisse des prix du concours Prayez.
Mais i-ara surtout ein hommache à Eloi Baudimont, qui nous a quittés i-a vingt ans. Avec eine paire d'estraits d' ses pus belles cancheonnes. Et aussi eine séance de cabaret avé les meilleus cancheons d' l'ainnée. Tout cha inr'gistré in direct pou faire ein bieau CD !
Adeon, i va nous falloir bin des applaudiss'mints ! Ch'est aussi pour cha qu'on vous attind fort nombreux !
A diminche !

Vos amisses du Cabaret
www.cabaretwallon.be

 
1
Vous ne voyez pas cette image ?  Ajoutez webmaster@cabaretwallon.be à votre carnet d'adresse !


Pour se désinscrire de "Queus nouvelles", renvoyez ce message avec la mention "Stop".
(nous ne diffusons pas notre fichier d'adresses email à des tiers)

Journal de guerre d'Édouard Parmentier : 22 septembre 1915

Mèrcrèdi 22 d’sètembe 1915


Èl canon a co rlayî pus foûrt què les autes djoûs.
On dit qu’dins les saudârds qui sont cî, i d’a des cyins qui ont ’l tifuss.
Des piyotes arivont co inviè sèt eûres au nût èt s’èvont du costé d’Bournivau èyè d’Ronquières.
Les gazètes flamindjes1 dzont qu’les Russes avançont fèrme in Gallicie.

Le canon a encore tiré plus fort que les autres jours.
On dit que parmi les soldats qui sont ici, certains sont atteints du typhus.
Des fantassins arrivent encore vers sept heures du soir et partent du côté de Bornival et de Ronquières.

Les journaux flamands disent que les Russes avancent sérieusement en Galicie.

lundi 14 septembre 2015

Bouquèt féminin walon : introduction : UNE NOUVELLE SÉRIE À DÉCOUVRIR !!!

Introduction à la série « Bouquèt féminin walon »  

Les poétesses qui s’expriment en wallon sont moins nombreuses et moins connues que leurs homologues masculins.
Ce florilège dédié à ces quelques dames permettra de faire leur connaissance grâce à une courte présentation de chacune (quand c’est possible) et grâce aussi à un ou plusieurs extraits représentatifs de leur talent.
Ce « Bouquèt féminin walon » propose une découverte de textes poétiques choisis.  Certains poèmes sont issus d’un ouvrage complet de l’auteur, d’autres figurent dans une anthologie ou une revue wallonne.
Toutes les sources (livres, revues et sites) qui ont permis d’étoffer ce bouquet dialectal seront précisées au fur et à mesure des portraits esquissés.

    

           
                                                                            
Avant-propos :

D’abord un brin d’histoire avec un parfum de poésie du début du 20e siècle.
Pour commencer cette étude dédiée aux poétesses, je vais rendre hommage au roi des anthologies wallonnes, j’ai nommé Oscar Lacroix.  Né en 1887, il publia des poésies, des chansons, des saynètes mais aussi des anthologies dédiées aux poètes morts pour la patrie. Il n’oublia pas les dames-auteurs wallons réunies dans  Bouquet féminin (1929), titre dont s’inspire ma série et dont voici la préface :

                                                                                             
« L’auteur de cette anthologie a bien fait de cueillir et nouer ce Bouquet féminin. (Anthologie, florilège, choix de fleurs, en grec, en latin, en français, ces mots disent la même chose). 
Un bouquet, dans une chambre, met une tache de couleur et de joie : il n’est pas seulement beau, il est de bon conseil.  Il suggère de descendre au jardin, de voir dans leur domaine les sœurs des fleurs exilées : il fait penser à en cueillir, peut-être, encore, à en cultiver.
Et toutes ont même vertu, fleurs des champs, des parcs ou des serres ; sauf celles, toutefois, qui derrière des vitres ou sur une épaule, évoquent le luxe et le plaisir…
Oscar Lacroix, donc, a bien fait d’assembler ces poèmes wallons, écrits par des femmes.
Il en est de valeur très diverses et lui-même ne le cèle point.  Mais son recueil rendra service aux historiens, voire même aux curieux de notre littérature dialectale.
Il encouragera les poétesses, les chansonnières, trop peu nombreuses en notre Wallonie ;
Peut-être, il suscitera des vocations.  Louons-le donc de ce nouveau travail, mené à bonne fin pour l’honneur de nos lettres patoisantes.
Comme on prend une fleur dans un bouquet, je voudrais qu’un de ces poèmes lui fut dédié, pour en fleurir sa boutonnière »
                        Julien Flament  (homme de lettres) 


Pour illustrer ces propos un peu désuets,  j’ai choisi quelques vers de Madame Emma Meunier (épouse de Félicien Molle, auteur wallon)  née à Luttre,  le 17 septembre 1879.
Elle manie son patois hennuyer avec une certaine virtuosité.
                                  
               

                                                                                                        p. 28 de l'anthologie
Ouvrage cité :
Bouquet féminin : essais anthologiques / Oscar Lacroix
Bressoux : M. Ferauche impr. , 1929

(Fonds dialectal de la Bibliothèque Publique Centrale du Brabant Wallon)







jeudi 10 septembre 2015

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon participe aux Journées du Patrimoine


D’un monde à l’autre (1713-1830) : Régence, rococo et néoclassicisme 

Brochures disponibles à la Collégiale Sainte-Gertrude les 12 et 13 septembre 2015

Dans le cadre du thème choisi cette année pour les Journées du Patrimoine, la Bibliothèque publique centrale du Brabant wallon vous propose un fascicule reprenant des sites particulièrement significatifs dans différentes communes du Brabant wallon.
Les recherches ont été réalisées par Éric Tubiermont parmi les ouvrages et documents du fonds patrimonial disponible à l’Espace 81.

A voir aussi :
L’office du tourisme organise les 12 et 13 septembre trois activités :
  • Une visite découverte au Musée communal
  • Un circuit promenade « A la découverte du patrimoine nivellois du 18e siècle »
  • Un parcours-visite à la Collégiale Sainte-Gertrude
  • Exposition « Laurent Delvaux : un parcours européen » :
    Celle-ci retrace la vie et la carrière de ce grand sculpteur nivellois, à la Collégiale Sainte-Gertrude du 12/09 au 29/11/2015 aux heures d’ouverture de la Collégiale.
Renseignements complémentaires : www.tourisme-nivelles.be


Pour plus d'informations sur les Journées du Patrimoine : www.journeesdupatrimoine.be
                       


Vous pouvez aussi télécharger notre brochure ici





 
Pour plus d'infos...

jeudi 3 septembre 2015

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon vous propose les "Actualivres"

 
 
Pour approfondir des sujets d’actualité, la Bibliothèque centrale du Brabant wallon vous propose les "Actualivres".
Ils vous présenteront, à travers une sélection de dossiers thématiques, quelques ouvrages destinés à comprendre un peu mieux le monde qui nous entoure... 

Quelques exemples :

Les hackers : les rois de l’informatique
et les clandestins de la toile
      
         L’érotisme dans la littérature
    
 












mardi 1 septembre 2015

Sètembe de Franz Dewandelaer

Sètembe

Sètembe, mwès des dragons, mwès dèl pieufe, des nojètes...
On fène tant qu’èl solèy´ lût co,
On djoûwe à guîyes, au fièr, on mindje des mourmoulètes,
Les uréyes sont spitéyes dè meûrons... yè d’bèdos.

« Au Sint-Michel
» S’invont les hirondelles
» Au Sint-Michel
» Èl tchaleûr monte au cièl ».

« Al Sint-Mitchi
» On mèt les nojètes au plantchî ».

« Anéye dè nojètes
» Anéyes dè bastârds ».

« Au Sint-Mathieu
» Tout toûne à leúp ».

« Al ducasse dè Bournivau,
» L’uviêr èsst´ au trau ».

Dins ’s fonteuy´ vo moman ronfèye,
Passons padvant ièle sul pwinte dè nos pîds
Dèwoûr, asteûr, i fét solèy´
Yè les feuyes sont d’l’oûr sul pwèrî.

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte...

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte
Les odeûrs du sèyu...

Léchîz-vous fé ? Poukè ’n balaye ?
Mes dwègts, jamé, n’voûrons dmorer chômeûrs,
Èm bras a sté fét pou vo taye
Vos lèpes c’est des bigaraus meûrs...
Donîz-m’ in bètche... c’est wére dè choûze...
Co yun ? Dîch´... ? ça n’est nin co branmin...
Donîz-m’ vo coeûr, vo coûrp, vo roûze,
Djè djur´ què... d’vos l´zè rindrai dmain.

Mins, t’à n-in coup, vlà qu’djè m’rinvèye,
Ç’astoût dins ’m rèfe què d’ramadjoûs tout ça,
Dèwoûr, asteûr, i fét solèy´
I n’manke pus qu’vous pou qu’i fasse bia...

Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte...
Là qu’i n’pieút pus
Vènez Djèdru
Dins les pièsintes
Nos dirons sinte
Les odeûrs du sèyu...

Sètembe. I n’pieút nin pus qu’in aute mwès pus frèche
Dins l’armonak, dins ’s coeûr, on sint ’l campagne dèstchér´
Les swèréyes dèvnont longues, les feumes coustont pus tchèr´
Èles moustront mwins d’cî, d’ça... mins s’on n’vwèt pus leû chair
C’est n’est rin què dsu ’l rûwe. Ayeûr, èles sont mwins rèches
Èl campagne s’inva d’djà, mes djins... Co toudi ’l fwêre.

Yè quand Sètembe est voye, on s’dit :

« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».

T’au long d’Sètembe, ça va dinsi.

Yè minme nos rèfes nos ont minti.


               Franz Dewandelaer, de son recueil Carnèvâl.

 (Merci Monsieur Chapelle)