mardi 20 octobre 2015

La Bibliothèque centrale du Brabant wallon propose un nouvel "Actualivres"




Un nouvel "Actualivres" est disponible : "Le climat en crise"

Quelques clés et liens pour comprendre ce qu’est le réchauffement climatique, les mécanismes de dérèglement, et les scénarios envisagés pour tenter d’infléchir – ou tout au moins de ne pas aggraver – le problème...


Pour le consulter, suivez ce lien.

Bouquèt féminin walon : Andrée Bacq



Bacq, Andrée (1927-2014)

Elle est née à Sart-Saint-Laurent en 1927.
Elle est agrégée de l’Enseignement Secondaire Inférieur en Mathématiques, Sciences et Français.



Elle commence à écrire des poèmes en dialecte de sa région natale dès 1943.
Membre des Relîs Namurwés et des Walons Scrijeux, elle a également collaboré avec la RTBF pour des émissions en wallon.  Elle a été membre du jury du Grand prix de la chanson wallonne.
Elle est fort scrupuleuse sur le respect des écrits wallons en langage courant.
Elle est décédée en juin 2014 à  Namur.


 




 

Voici 2 extraits de son ouvrage  Diè vos l’mére èt Lès nûts d’frède bîje

page 5













        
page 37




































  













Ouvrage cité :

Diè vos l’mére èt Lès nûts d’frède bîje
Liège : Société de Langue et de Littérature wallonnes, 1984
(Littérature dialectale d’aujourd’hui ; 12)

Localisation : Bibliothèque publique centrale du Brabant wallon (réserve) : 8-1=401





lundi 12 octobre 2015

Hommage à Joseph Duysenx



Vous pourrez découvrir des chansons et des pièces de théâtre de Joseph Duysenx au Fonds dialectal de la Bibliothèque Publique Centrale du Brabant wallon (Fédération Wallonie-Bruxelles) 
067/89 35 88

mardi 6 octobre 2015

lundi 5 octobre 2015

Octôbe de Franz Dewandelaer

Octôbe
Les barakes sonsst´ in rang pou vîr passer les djins,
On vind des bouns nougats t’aussi tchèr qu’ène consyince,
Dins les gayoles, il a des sindjes pus bias qu’des djins
C’est ’l fwêre... i pieút à rlaye... c’èsst´ in vré temps d’dimince.
« L’uviêr est co long
» Quand al Sinte-Thérèse, i fét bon ».
« Au Sint-Simon
» Ène mouche vaut in mouton ».
Èyè ’l Toûr Ste Djèdru fét ’s toûr à l’ourdinére
Au trèviè des pachis yè des tchamps rabourés,
Èl tchâr, kèrtchî dèl châsse, balote, satchî, poûssé
Avè de tchfaus padvant yè des baudèts padière.



Vlà ’l cavalrîye dè Ste Djèdru
(D’après ’n vièye tchanson)
Qui trote autoûr dèl châsse
Yè qu’on align´ra come on pût...
S’is volont tni leû place.
Pou d’djuner d’cwès bin qu’is l’gârdront.






La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Is n’sont nin voye dè leû mézo
Sans mète leû boune achnur´
In blanc plumèt, in sâpe dè bo,
Ça done ène fière alur´.
Pou ’l parâde, c’èsst´ in boun scadron.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.

In vî lièfe, in djoû, par afront,
Leû fzoût ’s pus léde grimace,
Vlà qu’is couront dsu, qu’is l’sâbront
Pou l’puni d’ès n-audace.
I nè l’fra pus, d’vos d’in rèsponds.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Au Tchin.ne, quand is sonsst´ arivés,
Is vont dwèt à leû posse.
Les langues dè bieú, les ptits pâtés
Diront bin à leû bosse.
Faut les vîr djouwer du minton.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.
Après leû din.ner, ç’n’est nin tout,
Is s’èrmètont in file,
À Grand Peine, on bwèt co in coû
Adon on rinte al vile.
I faut pou ça dèl dévôcion.
La faridondaine, la faridondon,
Ça s’fét toudi come ça doûcî,
Biribi,
À la façon de Barbari, mes amis.

T’au long d’l’anéye, dins les Aclots
D’a des cyins qui fzont ’l fèl,
Mins qu’il arife si ptit racro
Is vont tout d’chûte à sèle.
C’est des saudârds dè procèssion.
La faridondaine, la faridondon,
I d’a tout spè come ça par cî,
Biribi.
Vos d’in counichîz, vous come mi, mes amis.

Yè quand Octôbe est oute, on s’dit :
« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».
T’au long d’Octôbe, ça va dinsi.
Minme les saudârds nos ont minti.

Franz Dewandelaer, Nivelles 1946.

envoyé par Monsieur Chapelle, Merci !!!