mardi 1 mars 2016

Mârs de Franz Dewandelaer

Mârs
Mârs... mwè des vias, Mârs... mwè des omes...
(puskè les omes, c’est tout pur´ vias)
Mârs... i tchét des vint-di-godome !
Sul temps qu’èl temps fét tchér ses « vias ».

Mârs...
Après ’n sûnéye, c’est ’n suwéye,
On n’est nin co rsuwé d’ène nuwéye,
Què les guèrjas fzont ’l cabouléye...

« Austant d’brouyârds in Mârs
» Austant d’djèléyes in Avri... ».

« Brouyârd dè Mârs
» Djèléye dè Mai... ».

« Sint-Aubia
» Trop d’goria.
» Sinte-Hélène
» Pau d’avin.ne.
» Sinte-Djèdru
» Tapez trop dsu... ».

« Èl lune dè Mârs, l’âra...
» Mins ’l solèy´ dè Mârs rostit d’djà ».

« Quand i toune dins ’l mwè d’Mârs,
» Èl cinsî dwèt dire, hélâs... »
» Fwèd Mârs èyè tchaud Avri
» Fèzont les grègnes sè rimpli ».

« Quand l’abricotî poûrte ses fleûrs
» Les djoûs, les nût´ ont minme longueûr ».

Mârs... Marguèrite a ’s pate casséye
In dalant à tchambouréyes.

Mârs... l’a des tchambouréyes au bo
Vènez, nos dirons, Mardjo...

Èl printemps dvint bleû come no n-amoûr,
Yè l’amoûr brûle come vo coûrp.
Dins vo coûrp, vo coeûr soune èl tocsin
Dèstindone èl feú, radmint...

L’a des tchambouréyes au bo
Vènez, nos dirons, Mardjo...

Dins ’l solèy´, les fleûrs yè les mouchons
Padvant tout ’l monde sè mariont
Poukè nos n’nos maririne nin ’n sadju,
Pou in eûre... ou minme dè pus ?

L’a des tchambouréyes au bo
Vènez, nos dirons, Mardjo...

Au fond du bo, n’criyîz nin surtout
– parèt qu’èl gârde est djalou –
N’a poun d’avance à djumi : « Moman... ».
Èl vote l’a d’djà dit dins ’l temps...

L’a des tchambouréyes au bo
Vènez, nos dirons, Mardjo...

Al brune, intrè les ayes mîches in rang
Nos rvérons in nos rsèrant
Nos mains sâront vûdes, mins l’èstwèlî
Sâra plein d’fleûrs... dins vos îs.

L’a des tchambouréyes au bo
Vènez, nos dirons, Mardjo...

Marguèrite a yeû ’n pèpéye,
Ça vaut mieú qu’ène djambe casséye
In dalant à tchambouréyes...
. . . . . . . . . . . . . .
Yè quand Mârs èsst´ èvoye, on s’dit :

« Dj’ai minti, djè mins, d’vas minti,
» D’vas minti, djè mins, dj’ai minti ».

Tout au long d’Mârs ça va dinsi
Minme les avocats ont minti.

Franz Dewandelaer,1946
de son recueil Carnèvâl.


Merci Monsieur Chapelle, pour l'envoi du texte et la jolie photo !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire